Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seynod : manifestation contre un constructeur immobilier

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie

Ce samedi à Seynod en Haute-Savoie, une vingtaine de personnes se mobilisent contre le constructeur immobilier Avenir - SFMI. Elles dénoncent "les pratiques illicites de l'entreprise". De son côté, le groupe Avenir parle d'une incompréhension avec le conducteur des travaux.

Le coût de la maison de Mehdi est 142 000 euros
Le coût de la maison de Mehdi est 142 000 euros © Radio France - Paul Tilliez

Mehdi a 40 ans, il vit avec son fils de 5 ans. En octobre 2018, il lance la construction de sa maison au Montcel en Savoie près d'Aix-les-Bains. "C'était le projet de ma vie" sourit-il. Selon le conducteur des travaux, la maison doit être prête le 16 octobre 2020 : "Normalement, j'aurais dû m'installer la semaine dernière. Là, je n'ai pas d'eau, pas d'électricité et pas de chauffage." 

À l'intérieur, rien ne va : les branchements ne sont pas faits, les plans ne sont pas respectés, les baies vitrées ne ferment pas, il n'y a pas d'isolation aux fenêtres, le carrelage est défoncé... Bref, la liste est longue. En tout, Mehdi recense une quarantaine de malfaçons dans son logement, impossible d'y habiter. 

Le problème, c'est que le 15 novembre prochain, Mehdi et son fils vont se retrouver à la rue. Ils doivent libérer l’appartement dans lequel ils vivent actuellement, sans pouvoir s'installer dans leur maison, comme prévu : "Je me voyais profiter dans ma maison et regarder mon fils courir dans le jardin. Aujourd'hui, la seule question que je me pose c'est : « Comment je vais faire pour lui trouver un toit et un lit ? » Je me sens coupable vis-à-vis de mon enfant."

Mehdi a contacté l'entreprise des dizaines de fois pour régler ces problèmes, sans succès. Pour sortir de ce cauchemar, il cherche du soutien sur internet et se renseigne sur Facebook. Finalement, il prend contact avec d'autres victimes, qui vivent le même calvaire que lui. Il décide de rejoindre le "collectif de soutien aux victimes du groupe Avenir / SFMI". 

Manifestation ce samedi à Seynod 

Ce samedi, environ 200 personnes du collectif se mobilisent contre le groupe immobilier à Seynod en Haute-Savoie, mais aussi à Valence dans la Drôme et à Orvault en Loire-Atlantique. Mickaël Tran est le cofondateur du collectif : "Notre objectif, c'est de nous faire connaître auprès des victimes et de les accompagner dans leurs démarches, de partager notre expérience pour s'en sortir. [...] Nous souhaitons aussi que SFMI entendent enfin notre voix." Pour l'instant, le collectif n'envisage pas d'actions en justice.

De son côté, le groupe Avenir / SFMI se défend et estime être à l'écoute de ses clients. Le constructeur reconnaît néanmoins que des problèmes existent avec certains clients, notamment au travers des nombreuses filiales qu'il possède partout en France. Le constructeur précise que, selon le contrat, la livraison de la maison était prévue le 17 janvier 2021. 

Ajout décembre 2020 : Quelques jours près ce reportage, le client de la société SFMI a pu finalement entrer en contact avec l'entreprise et entrer dans les lieux qui sont désormais habités. De son côté, la société SFMI se défend des propos tenus par son client notamment sur de "prétendues malfaçons". La société écrit n'avoir constaté : "aucune malfaçon rendant la maison impropre à destination ou empêchant sa livraison".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess