Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

Schirmeck : le centre de chimiothérapie de la clinique Saint-Luc menacé de fermeture

mercredi 30 janvier 2019 à 18:16 Par Céline Rousseau et Corinne Fugler, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

L'agence régionale de santé va réduire de moitié ces subventions au centre de chimiothérapie de Schirmeck (Bas-Rhin). Créé en 2016, il assure 400 à 500 chimiothérapies par an et permet aux patients d'éviter de se rendre à Strasbourg.

Personnel et gilets jaunes mobilisés pour défendre la clinique Saint-Luc de Schirmeck (Bas-Rhin).
Personnel et gilets jaunes mobilisés pour défendre la clinique Saint-Luc de Schirmeck (Bas-Rhin). © Radio France - Corinne Fugler

Schirmeck, France

Les menaces continuent de peser sur la clinique Saint-Luc de Schirmeck (Bas-Rhin). L'établissement, qui dépend du groupe hospitalier Saint-Vincent (GHSV), voit son financement rogné par l'agence régionale de santé (ARS). 

Pendant ce premier semestre 2019, elle met en observation la polyclinique et réduit de moitié son soutien au centre de chimiothérapie de Schirmeck, puis dans sa totalité en 2020. Ouvert en 2016, à la demande de l'ARS, il a bénéficié l'an dernier de 99.000 euros de subvention. 

Entre 400 et 500 chimiothérapies y sont dispensées par an

Ce matin, des membres du personnel - la clinique emploie 130 personnes - et une vingtaine de gilets jaunes ont manifesté dans le hall de la clinique pour dénoncer les baisses annoncées des aides financières aux services d'oncologie et de policlinique. Deux jours par semaine, ce centre accueil les patients atteints de cancer dans la vallée de la Bruche, voire à Gérardmer (Vosges). Entre 400 et 500 chimiothérapies y sont dispensées par an. Si le centre ferme, ils devront aller jusqu'à Strasbourg pour bénéficier de leur cure.

Pour la polyclinique, les subventions sont également réduites, mais la baisse est compensée par une dotation exceptionnelle reçue en 2018. L'ARS entend revoir sa position en cours d'année. Une réunion à Strasbourg est prévue les 4 et 5 février.

La clinique Saint-Luc à Schirmeck (Bas-Rhin) - Radio France
La clinique Saint-Luc à Schirmeck (Bas-Rhin) © Radio France - Corinne Fugler