Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'épidémie de coronavirus a fait grimper le nombre de bénéficiaires du Secours Populaire dans la Somme

-
Par , France Bleu Picardie

Dans son dernier baromètre, le Secours Populaire dresse un constat alarmant : la crise du coronavirus fait bondir la précarité. Plus d'un million de personnes ont sollicité l'aide de l'association pendant le confinement dont 45% de nouveaux bénéficiaires. Un constat qui n'épargne pas la Somme.

Un bureau du Secours Populaire
Un bureau du Secours Populaire © Radio France - Isabelle Rivière

Dans son dernier baromètre publié mercredi, le Secours Populaire dresse un constat alarmant : la crise du coronavirus fait bondir la précarité. Plus d'un million de personnes ont sollicité l'aide de l'association pendant le confinement dont 45% de nouveaux bénéficiaires. Un constat qui n'épargne pas la Somme. Le secrétaire général du Secours Populaire dans le département, Joël Barbier est l'invité de France Bleu Picardie.

France Bleu Picardie : en 2019, votre association aidait 13 400 personnes dans la Somme. La Covid 19 est passée par là : combien de nouveaux bénéficiaires avez-vous vu arriver depuis le début de cette crise ? 

Joël Barbier : Le Secours Populaire est mobilisé depuis le début du confinement et on estime une augmentation du nombre de nouvelles personnes accueillies de l'ordre de plus de 15%.

Qui sont ces nouveaux bénéficiaires ? 

On a toutes les couches de la population. On a les nouveaux venus qui sont dirigés vers notre association par les organisme sociaux souvent les assistantes sociales et CCAS (centre communal d'action sociale). Et puis on a aussi un retour de personnes qui venaient nous solliciter il y a quelques années et qui suite à des pertes de travail ou de revenu sont aujourd'hui en grande difficulté.

Comment réagissez vous à ces retours de personnes que vous pensiez à l'abri ?

C'est compliqué parce que c'est leur façon de vivre, on sent un grand désarroi de ces personnes, une grande difficulté. On sait que les budgets alimentaires ont explosé avec la crise et notamment la fermeture des cantines. Il y a aussi de la malbouffe, du décrochage scolaire. ce sont des gros problèmes sur lesquels nous associations devons travailler.

Se nourrir tout court mais se nourrir correctement, manger frais est une des priorités du secours populaire et pour cela, vous lancez un plan d'action dans la Somme. De quoi s'agit-il ?

C'était la volonté du Secours Populaire national en association avec les fédérations, se dire qu'il faut que les familles puissent se nourrir correctement en cette période difficile. Donc nous avons lancé une action sur l'acquisition et la distribution de produits frais, laitiers, fruits légumes. Bien sûr cela nécessite des moyens financiers qu'ils viennent du privé ou du public si on veut pérenniser ces actions sur 2021 car je ne pense pas que la crise sanitaire et sociale s'arrête dans les semaines qui viennent. 

L'autre source de revenus ce sont les actions comme les collectes dans les supermarchés, les rèderies. Est-ce plus difficile avec la crise ?

Bien évidemment compte tenu des contraintes sanitaires on est bloqué. On va s'efforcer d'organiser une rèderie dans les semaines qui viennent.

Est-ce que le pire est à venir ?

Je pense oui. Quand on entend au niveau national qu'il y a 800 000 pertes d'emploi, on sait que la Somme ne va pas être épargnée donc on pressent une aggravation importante de la situation. C'est pour ça que nous avons besoin de moyens.  

Le secrétaire général du Secours Populaire dans le département, Joël Barbier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess