Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Sécurité globale" : plusieurs centaines de manifestants à Brest, des rassemblements à Lorient et Douarnenez

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Entre 250 et 1000 personnes ont manifesté samedi 21 novembre à Brest contre la proposition de loi "Sécurité globale". Des rassemblements ont aussi eu lieu à Lorient, Douarnenez, Saint-Brieuc et Rennes.

Les manifestants se mobilisent contre une loi jugée "attentatoire aux libertés". (Photo d'illustration)
Les manifestants se mobilisent contre une loi jugée "attentatoire aux libertés". (Photo d'illustration) © Maxppp - Michael Esdourrubailh

Ils étaient 250 à 300 selon la police, un millier selon les organisateurs : plusieurs centaines de personnes se sont mobilisées samedi 21 novembre dans l'après-midi à Brest, contre la proposition de loi "Sécurité globale" examinée en ce moment à l'Assemblée nationale. Un rassemblement à l'appel de la Ligue des droits de l'Homme, auquel se sont joints plusieurs associations, syndicats et partis politiques, dont le Parti socialiste du Finistère.

Plusieurs Gilets jaunes, qui se rassemblaient également à Brest, se sont joints au rassemblement déclaré en préfecture.  

Un millier de personnes à Rennes

Des rassemblements ont également eu lieu à Douarnenez, où 250 personnes ont répondu présent, à Lorient et à Saint-Brieuc. La mobilisation la plus importante s'est tenue à Rennes, où un millier de personnes se sont rassemblées dans l'après-midi. 

La proposition de loi "Sécurité globale" est jugée attentatoire à "la liberté d'expression" et à "l'Etat de droit" par ses opposants. L'article 24, un des plus controversés, a été adopté vendredi par l'Assemblée nationale : il interdit la diffusion d'images de policiers dans l'objectif  de leur nuire. Face à la fronde, le gouvernement y a ajouté un alinéa garantissant la liberté d'informer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess