Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécurité sociale : l'Assemblée nationale vote en première lecture le projet de budget pour 2021

-
Par , France Bleu
France

L'Assemblée nationale a voté mardi en première lecture le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2021, plombé par la crise sanitaire. Le texte a été adopté par 326 voix pour, 204 contre et quatre abstentions.

Le texte a été adopté à l'Assemblée nationale par 326 voix pour, 204 contre et quatre abstentions. (Illustration)
Le texte a été adopté à l'Assemblée nationale par 326 voix pour, 204 contre et quatre abstentions. (Illustration) © AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

Les députés ont voté ce mardi le projet de budget de la Sécurité sociale pour 2021 en première lecture. Le texte a été adopté à l'Assemblée nationale par 326 voix pour, 204 contre et quatre abstentions. Le projet qui doit être examiné par le Sénat prévoit un déficit de quelque 28 milliards en 2021, après 46,6 milliards d'euros cette année. Le retour à l'équilibre est compromis pour plusieurs années alors que la France fait face à la deuxième vague de la crise du Covid-19.

Particulièrement mal en point, la branche de l'assurance maladie a prévu de provisionner 4,3 milliards pour les masques, les tests et les arrêts de travail, dont 1,5 milliard pour une campagne de vaccination, souligne l'AFP.

Les mesures phares examinées

Plusieurs mesures phares ont été examinées dans ce projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l'année prochaine, notamment :

  • Le financement du Ségur de la Santé : il implique notamment la hausse des salaires de soignants. Au total une hausse de salaire de 183 euros est prévue pour les personnels des hôpitaux et des maisons de retraite publiques et privées non lucratives. Dans un des rares moments d'unanimité, les députés ont aussi voté une enveloppe de 150 millions d'euros en 2021 puis 200 millions à partir de 2022, pour augmenter les salaires des aides à domicile.
  • L'allongement du congé paternité : à partir de juillet prochain, la durée du congé pour un père - ou le second parent - d'un enfant à naître ou adopté passera de 14 à 28 jours, dont sept obligatoires. Les trois jours du congé de naissance seront toujours à la charge de l'employeur, et les 25 jours restants seront indemnisés par la Sécurité sociale. 
  • Un nouveau "forfait" de 18 euros pour les patients allant aux urgences sans être ensuite hospitalisés, qui a été validé malgré de fortes réserves de la gauche.

La majorité vante globalement un projet de loi "ambitieux" et "qui va de l'avant". Mais la droite a critiqué une série d'"occasions manquées" et à gauche les parlementaires déplorent une "vision comptable de la santé". Des députés communistes sont d'ailleurs apparus en blouse blanche mardi, salle des Quatre Colonnes, "pour relayer le cri d'alerte, de colère et de souffrance qui émane des hôpitaux".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess