Économie – Social

Sedemeca : l'aéronautique du Béarn monte en puissance

Par Marie-Line Napias, France Bleu Béarn mercredi 6 janvier 2016 à 18:06

Alain Kerebel le pdg de Sedemeca dans l'atelier
Alain Kerebel le pdg de Sedemeca dans l'atelier © Radio France - Marie- line Napias

La filière aéronautique se porte bien en Béarn. La société Sedemeca, à Serres-Castet, en est une brillante illustration. Cette entreprise de mécanique de haute précision est en pleine croissance. Elle vient d'intégrer le dispositif "performances industrielles".

Les chiffres sont parlants : Sedemeca annonce une croissance de 50% sur les trois ans à venir, après une progression de 50% sur les cinq ans passés. Cette entreprise usine des pièces de haute précision pour Turboméca, Safran et la Snecma. Pour faire face à ce développement, Sedemeca a déménagé en mai dernier. Elle a quitté son usine de Montardon, devenue trop exigüe, pour 3600m2 à Serres-Castet. Un investissement de 3,8 millions d'euros.

Pour se développer, Sedemeca va embaucher

L'entreprise usine des pièces de haute précision comme des gicleurs pour les moteurs d'avion. On recherche des erreurs de l'ordre du micron. Une nouvelle machine va bientôt être installée, elle coûte 500 000 euros. Pour vérifier le bon fonctionnement des pièces, on utilise des machines équipées de laser et de caméras. Les pièces sont testées en fonctionnement réel avec du kérosène.

Un gicleur d'avion: une pièce de haute précision - Radio France
Un gicleur d'avion: une pièce de haute précision © Radio France - Marie- line Napias

Actuellement, soixante salariés travaillent en deux huit mais pour se développer, Sedemeca va devoir recruter : deux fois sept salariés sur deux ans. Et ce n'est pas le plus simple. Le PDG, Alain Kerebel, regrette que ces métiers de tourneurs, fraiseurs, rectifieurs, assembleurs, soient boudés par les jeunes : "ils ont des images anciennes, ce n'est pas Zola. On travaille sur des machines sophistiquées, mais on a besoin de l'attention humaine".

"Ce n'est pas Zola".

— Le PDG, Alain Kerebel

Alain Kerebel, le pdg de Sedemeca veut embaucher

On recherche une précision de l'ordre du micron - Radio France
On recherche une précision de l'ordre du micron © Radio France - Marie- line Napias

Pour viser l'excellence, Sedemeca a intégré le dispositif "Performances industrielles"

Sedemeca est la 400e entreprise à adhérer à ce dispositif financé par l’État et les entreprises de l'aéronautique réunies au sein du gifas ,( groupement des industries français aéronautiques et spatiales) à hauteur de vingt-trois millions d'euros sur trois ans. Ce dispositif se termine en 2017. Il s'agit de permettre aux PME de répondre au mieux aux besoins des gros donneurs d'ordre que sont Airbus, Safran, ou la Snecma. Le système fonctionne par "grappes" d'entreprises et il est piloté par un donneur d'ordre.

Pour la "grappe" de Sedemeca, c'est Airbus ; et parmi les sociétés adhérentes, deux sont voisines et complémentaires de Sedemeca, il s'agit de Bodycot à Serres-Castet et de Aéroprotect à Pau. Les gros donneurs d'ordre ne peuvent pas se permettre de voir leur chaîne de fabrication ralentie parce qu'un sous-traitant ne tient pas la qualité ou les délais. L'enjeu est donc de les aider à tenir les objectifs grâce à des experts et de la formation.

Alain Kerebel présente l'intérêt du dispositif :"Performances industrielles"

"Ce dispositif permet une meilleure adaptation de la production aux besoins des clients. Ça nous permet de réfléchir aux meilleures méthodes de production".

— Le PDG, Alain Kerebel

Des pièces complexes pour optimiser la circulation du kérosène - Radio France
Des pièces complexes pour optimiser la circulation du kérosène © Radio France - Marie- line Napias

Sedemeca espère maintenant une deuxième phase de ce dispositif "Performances industrielles" pour améliorer encore sa production. Clairement, l'aéronautique a su gérer la crise. Airbus, notamment, a organisé ses carnets de commande et son plan de production pour permettre aux sous-traitants de passer le cap. Le ciel économique paraît aujourd'hui bien dégagé pour les entreprises béarnaises qui travaillent dans ce secteur.