Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-Maritime : pendant le confinement, une commerçante innove et vend ses vêtements en direct sur Facebook

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Myriam Gabeau est la gérante de l'agence de relooking et de bien-être "Une autre image" à Rouen. Avec le confinement, sa boutique a fermé. Après quelques jours de réflexion, elle a décidé de vendre ses vêtements en direct sur les réseaux sociaux afin de poursuivre son activité.

Myriam Gabeau est la gérante de l'agence de relooking et de bien-être "Une autre image". Avec le confinement, elle a décidé de vendre ses vêtements en direct le samedi après-midi sur Facebook.
Myriam Gabeau est la gérante de l'agence de relooking et de bien-être "Une autre image". Avec le confinement, elle a décidé de vendre ses vêtements en direct le samedi après-midi sur Facebook. © Radio France - Bradley de Souza

Les clientes de Myriam Gabeau sont désormais au rendez-vous le samedi après-midi. La gérante de l'agence de relooking et de bien-être "Une autre image", installée à Rouen depuis plus d'une dizaine d'années a décidé, malgré la fermeture de sa boutique, de poursuivre son activité. Et de vendre ses vêtements en direct su Facebook. 

Trois heures de direct

Après une première session innovante et expérimental le samedi 14 novembre, Myriam Gabeau a remis le couvert ce samedi 21 novembre. Au sous-sol de sa boutique "cette caverne d’Alibaba", comme la décrit la gérante, les vêtements, pantalons, robes sont accrochés un peu partout. "On vérifie que tout est bien dans l'ordre, bien numéroter, pour que je ne me trompe pas pendant le live", explique Myriam Gabeau à France Bleu Normandie, la tête dans les derniers préparatifs avant le direct.

"Lors de la première session, on avait réussi à vendre une cinquantaine d'articles. On a été surprise de l'engouement de nos clientes, plus de 60 connectées, plus de 1.000 commentaires à gérer par Capucine. c'était un peu rock'n'roll. On était pas aussi bien organisé. Mais on a décidé de renouveler l'expérience", poursuit la gérante.

Devant la caméra de son smartphone, Myriam Gabeau s'apprête à montrer sa collection.
Devant la caméra de son smartphone, Myriam Gabeau s'apprête à montrer sa collection. © Radio France - Bradley de Souza

Pour ce live, elle sera accompagnée de son équipe, dont Capucine qui doit gérer les flux commentaires. "Karen va mettre les vêtements dans les sacs. Et Emilie au préalable aura vérifié le nom des personnes qui ont acheté les articles", détaille Myriam Gabeau. L'organisation est en place, le direct peut commencer.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La session de vente aura duré plus de trois heures. Plus d'une centaine d'articles vendus. "Pour le paiement, ça se passe par mail, j'envoie un mail avec un lien. Et les clientes peuvent venir récupérer leur sac en boutique", précise Myriam Gabeau.

"Il fallait trouver d'autres source de revenus"

"On a pas le choix. Aujourd'hui on a pas le choix, si on ne se démultiplie pas, si on ne fait pas preuve d'inventivité, je pense que les petits commerces comme le mien sont voués à souffrir encore de cette crise. Financièrement, ça devenait compliqué, il fallait essayer de trouver un petit peu de source de revenu", conclut la gérante.

Comme elle, les commerces de centre-ville sont touchés de plein fouet par le confinement. Et la fermeture de leur établissement. "Là mes clients vont être confortablement installées sur leur canapé, les enfants dans leur chambre. Et ça va se passer en direct. C'est une idée que j'ai eue en regardant la télévision, comme quoi...", sourit Myriam Gabeau.

Mais ce qu'elle espère avant tout c'est de pouvoir rouvrir. Le chef de l'État, Emmanuel Macron prend la parole ce mardi soir à 20h pour dessiner les contours d'un confinement un peu plus allégé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess