Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Seine-Saint-Denis : l'association MaMaMa, fondée pendant le confinement, aide les mamans à nourrir leur bébé

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Elle a été lancée en plein confinement, par des bénévoles de l'APHP et de la Croix-Rouge. L'association MaMaMa qui distribue des colis alimentaires aux nourrissons a besoin de dons et de bénévoles pour poursuivre ses actions en Seine-Saint-Denis et au-delà.

Aïcha et Magali, bénévoles à l'association MaMaMa, au centre de PMI de Villepinte en Seine-Saint-Denis
Aïcha et Magali, bénévoles à l'association MaMaMa, au centre de PMI de Villepinte en Seine-Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

"Là, on s'arrête à Villepinte, mais ce matin on était à Aulnay, tout à l'heure on va à Noisy-le-Sec, au Bourget et ce soir on va faire une maraude dans des hôtels du 115 à Saint-Denis..." Voilà à quoi ressemble une _" journée-type"_de Magali et Aïcha, bénévole à l'association MaMaMa, fondée il y a trois mois, pendant le confinement, en Seine-Saint-Denis.

Des enfants qui ne mangent pas pendant plusieurs jours

Avec deux autres bénévoles de l'APHP et de la Croix Rouge, elles ont souhaité ainsi répondre à la détresse des mères de familles qui n'avaient plus les moyens d'acheter du lait pour leur bébé mais aussi des couches et des vêtements. C'est en contactant ces femmes aux téléphones, dans le cadre du dispositif Covidom, que Magali et Aïcha bénévoles ont réalisé l'urgence. 

"On a des mamans qui nous racontaient que leur enfant n'avait pas mangé depuis un ou deux jours ou qu'elles faisaient cuire du riz et récupéraient l'eau de cuisson pour leur donner dans le biberon la place du lait", affirme Magali. Sans compter les parents qui ont cessé de se nourrir pour économiser de l'argent et nourrir à la place leurs enfants. "Même aujourd'hui, on a ce genre de témoignages quasiment tous les jours, ça continue alors qu'on est en juillet", ajoute Aïcha.

"Un nombre impressionnant d'enfants en danger alimentaire" - Magali, bénévole de l'association MaMaMa

Distribution de colis alimentaires par l'association MaMaMa au centre de PMI de Villepinte en Seine-Saint-Denis
Distribution de colis alimentaires par l'association MaMaMa au centre de PMI de Villepinte en Seine-Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

Distributions de colis dans 112 centres de PMI

Si beaucoup d'associations se sont mobilisées pendant le confinement en Seine-Saint-Denis pour distribuer des colis alimentaires, les besoins spécifiques des enfants et des nourrissons n'ont pas forcément été comblés. "Un bébé a besoin d'un certain type de lait, d'aliments en fonction de son poids notamment", précise Aïcha, pédiatre de profession.

Dans le centre de Protection maternelle et infantile (PMI) de Villepinte, la directrice, Luijina Grossi, a vu des familles s'enfoncer dans la précarité depuis confinement. "On le sent, on a des signes qui nous alertent comme une maman triste qui vient très souvent, qui nous demande des affaires pour s'habiller par exemple mais ce n'est pas forcément évident de dire 'on a pas mangé depuis deux jours', ça relève de l'intimité"

"Des familles n'ont pas pu se nourrir"- Luijina Grossi, directrice de la PMI de Villepinte

Ce jour là, Luijina Grossi a appelé Surjeet pour la prévenir que l'association MaMaMa venait déposer des colis et cette maman, d'origine indienne, est arrivée aussitôt. Dans sa langue maternelle et avec quelques larmes aux yeux, elle raconte ses difficultés qui se sont accentuées avec le Covid-19 : "Mon mari donnait des coups de main sur les marchés mais avec le coronavirus, tout s'est arrêté, il n'a plus de travail. On récupère le lait, les couches, les vêtements ici à la PMI". Sinon, pas moyen de les acheter. 

30 000 nourrissons ont besoin d'une aide alimentaire en Île-de-France

Même après le déconfinement, la situation reste critique. "D'après la fédération des banques alimentaires, 30 000 nourrissons en Île-de-France ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence", rappelle Magali. Malgré les dons d'entreprises, l'association a besoin de denrées supplémentaires mais aussi de vêtements et de bénévoles

Aujourd'hui, elle distribue des colis à  112 centres de PMI en Seine-Saint-Denis mais "il y d'autres PMI à Paris et dans le Val-d'Oise qui nous ont contactés, on a besoin d'aide !", insiste Magali. La ville de Saint-Denis et Plaine Commune Développement ont mis à disposition un entrepôt jusqu'à fin septembre, mais l'association espère que la convention d'occupation sera prolongée. Elle en a besoin pour monter à terme un projet de "tiers-lieu solidaire, féministe et écologique" dédié aux femmes précaires. 

L'association MaMaMa aide les mamans à nourrir leur bébé - reportage à Villepinte

Pour faire un don ou devenir bénévole , vous pouvez contacter l'association MaMaMa ici

Choix de la station

À venir dansDanssecondess