Économie – Social

Semaine de l'industrie | Un laboratoire alsacien mise sur la jeunesse et l'innovation

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass dimanche 19 mars 2017 à 21:45

Du matériel de pointe géré de main de maître par des techniciens à peine trentenaires
Du matériel de pointe géré de main de maître par des techniciens à peine trentenaires © Radio France - Olivia Cohen

À l'occasion de la semaine de l'industrie, FlashLab, jeune laboratoire basé à Illkirch et créé il y a 3 ans, montre un visage dépoussiéré du secteur en utilisant un matériel de pointe et en employant 90% de jeunes, âgés en moyenne de 30 ans. L'entreprise compte embaucher 800 employés d'ici 2022.

L'industrie, ça ne rime pas toujours avec sexy, mais c'est un secteur qui embauche et c'est ce que veut promouvoir la semaine de l'industrie, qui démarre ce lundi jusqu'à dimanche 26 mars : dans le Grand Est, 200 événements sont prévus pour faire la promotion du secteur, notamment auprès des jeunes, qui en ont parfois une image un peu vieillote.

Justement, le jeune laboratoire privé FlashLab, créé il y a trois ans à Illkirch, montre l'industrie sous un visage rajeuni : l'entreprise mise sur des techniques innovantes et emploie 90% de jeunes sur ses 130 salariés. Esber Esber, fondateur du labo, tenait à donner leur chance à de jeunes Alsaciens :

La majorité de ces jeunes ont été recrutés via un partenariat avec Pôle emploi, qui proposait des AFPR, 'Action de formation préalable au recrutement', c'est-à-dire qu'ils n'avaient pas forcément les diplômes requis mais ils ont été formés en interne. Je voulais donner de l'espoir à ces jeunes, en leur proposant un job où il est possible d'évoluer et de gravir les échelons rapidement, pour peu qu'on soit dynamique et motivé.

Gaël Perry, géologue responsable des formations, a pu en bénéficier. Il n'a pas trente ans, mais il encadre déjà une dizaine de techniciens, chargés de repérer dans les échantillons qu'on leur soumet toutes substances nocives, le plomb, les pesticides et surtout l'amiante :

J'ai commencé comme modeste préparateur, j'ai vite évolué. Aujourd'hui, la moyenne d'âge tourne autour des trente ans, l'ambiance est excellente, il y a une quinzaine de nationalités. C'est un secteur très concurrentiel, donc le salaire n'est pas le plus élevé du monde, mais avec un tel cadre, ça compense.

Autre point fort du laboratoire : ses capacités sont vastes et cela permet de démarcher les clients aux souhaits les plus variés, le tout soutenu par un matériel de pointe, un matériel qu'on peut apprendre à manoeuvrer en interne, explique Brenda Boos, responsable de l'un des neuf microscopes électroniques :

Ces microscopes sont les plus modernes qui existent en France. Ils nous permettent de travailler dans des conditions confortables : d'habitude, les écrans sont fluorescents et on ne peut y travailler que plongé dans le noir complet. Là, ça ressemble à un ordinateur lambda qu'on utilise en plein jour.

Les affaires marchent bien à tel point que l'entreprise compte embaucher plus de 800 salariés d'ici 2022 : l'objectif, c'est de parvenir à mille salariés d'ici cinq ans. Au 1er janvier 2016, le secteur industriel emploie 118.696 salariés en Alsace. Il est le deuxième employeur après les services.