Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Économie – Social

Sens : une centaine d'agents de la ville dans la rue

mardi 26 janvier 2016 à 12:15 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

En ce mardi de mobilisation nationale des fonctionnaires, une centaine d'agents territoriaux ont répondu à l'appel de la CGT, à Sens, dans l'Yonne. Ils protestent contre les conditions de la mutualisation des services entre la ville et l'agglomération de Sens.

Une centaine d'agents de la ville de Sens dans la rue
Une centaine d'agents de la ville de Sens dans la rue © Radio France - Renaud Candelier

Sens, France

L'an dernier, les deux collectivités  de Sens et de son agglomération comptaient encore 80 services, ils ne sont plus que 40 aujourd'hui. Une réorganisation censée permettre de faire des économies. Depuis le mois de juin 2015, des rencontres ont été organisées entre agents de la ville et de l'agglomération pour faciliter le travail en commun. Des réunions ont également été menées avec les représentants du personnel pour préparer la réorganisation des services. 

Des avantages supprimés pour les agents de la ville

Mais pour le personnel qui manifestait ce mardi à Sens, la mutualisation "s'est faite à marche forcée". La secrétaire CGT territoriaux de Sens, Monique Jarry estime qu'il y a eu "de grands effets d'annonce sur le dialogue social, mais ils n'ont été que des réunions superposées et très peu de réponses apportées aux questions". Les agents manifestaient aussi pour la défense de leurs acquis. Ils ont perdu la gratuité d'accès à la piscine municipale, à la bibliothèque ainsi qu'aux musées. Et ils craignent une remise en cause de certains jours de congés, appelés "journées du maire", soit sept jours par an. D'après plusieurs agents, des discussions auraient lieu pour n'en garder plus que deux.

>> Lire aussi : Taxis, enseignants, fonctionnaires : retour sur la première grande journée de grève de l'année