Économie – Social

Sept migrants afghans accueillis dans le Gard : "Ça fait partie de la culture cévenole"

Par Clément Lacaton, France Bleu Gard Lozère dimanche 3 janvier 2016 à 18:29 Mis à jour le dimanche 3 janvier 2016 à 18:30

Sept réfugiés afghans accueillis au presbytère de Lasalle, décembre 2015
Sept réfugiés afghans accueillis au presbytère de Lasalle, décembre 2015 © Radio France - Clément Lacaton

La commune de Lasalle dans le Gard a accueilli fin novembre une famille de migrants afghans tout juste arrivés en France. Le bout d'un long périple avec, à l'arrivée, le soutien de tout un village. Une terre d'accueil depuis la Seconde guerre mondiale.

Au premier étage du presbytère, on a poussé la grande table de la salle à manger pour étendre des tapis sur le sol. Affichés au mur de cette salle commune , l'alphabet et les jours de la semaine, premières bases de l'apprentissage du français pour cette famille afghane. 

Une mère et ses cinq enfants âgés de deux à 20 ans, sous l'aile de leur grand mère, Simo : "Tout le monde dans le village est très gentil avec nous. La qualité de vie est très agréable ici, on est toujours à notre disposition, même en pleine nuit si on a besoin, on nous a même emmenés chez le médecin et chez le dentiste." 

Michel Lafont, président de l'entraide protestante de Lasalle - Radio France
Michel Lafont, président de l'entraide protestante de Lasalle © Radio France - Clément Lacaton

Reportage à Lasalle de Clément Lacaton :

Reportage à Lasalle de Clément Lacaton

"On a répondu à l'urgence"

De l'épicerie au maire, tout le monde s'est mobilisé pour leur trouver des vêtements et de la nourriture, grâce à l'énergie d'un collectif citoyen et de Michel Lafont, président de l'entraide protestante : "Il y avait urgence, on a répondu à l'urgence, ils comptent sur nous quoi et c'est une responsabilité, c'est un challenge (...). Il faut que nous soyons à la hauteur de ce qu'on promet."

"Une aventure qui peut prendre quelques mois, plusieurs années"

Ce rêve , leur obtenir des papiers. Un dossier sera déposé en préfecture dans les prochaines semaines. A la clé : une place dans un centre d'accueil pour demandeurs d'asile. "S'ils ne sont pas acceptés, il faudra les accompagner, faire appel, c'est une aventure qui peut prendre quelques mois, plusieurs années, on ne sait pas..."

Un soutien "naturel", insiste Jacqueline, elle-aussi membre du collectif : _"_Il y a eu un besoin et on a répondu à ce besoin. Quand des personnes sont dans la détresse, on les accueille, on fait le chemin avec elles mais on ne se pose pas de questions."

"Les juifs sont venus ici se réfugier"

Et dans ce village d'un peu plus de 1000 habitants, on voit plutôt d'un bon œil l'arrivée de cette famille. Au détour d'une rue, René et Serge : "C'est bien de les accueillir" , nous dit le premier. "Moi j'ai croisé le fils aîné avec le plus petit, on s'est salués, poursuit le second habitant. Les juifs sont venus ici se réfugier*, ça fait partie de la culture cévenole."

Ici, un parcours reste dans toutes les têtes : celui d'un réfugié afghan arrivé il y a six ans, devenu boulanger dans le village d'à côté. De tout son groupe, c'est le seul à être resté. Et il fait, paraît-il du très bon pain.

*Lasalle compte 15 Justes reconnus, pour avoir caché, protégé et sauvé des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.