Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Si ça continue, on est morts" : premier bilan de la fréquentation à Font-Romeu

-
Par , France Bleu Roussillon

Une semaine après le début des vacances de fin d'année, le constat est sans surprise : le nombre de touristes est en chute libre à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales). Les professionnels s'inquiètent des répercussions. Même si l'absence de ski alpin profite aussi à d'autres.

L'absence de remontées mécaniques se fait durement ressentir.
L'absence de remontées mécaniques se fait durement ressentir. © Radio France - Sébastien Berriot

Même s'il est vrai historiquement que la première semaine des vacances de Noël n'a jamais été la plus fréquentée en station, le constat est là : les rues de Font-Romeu ne font pas le plein en ce week-end de fin décembre. 

"Normalement, il y a la queue devant le magasin, entre les retours de locations, et ceux qui les débutent. Mais pas cette année..." regrette Rachel Larose, co-gérante de deux boutiques de sports d'hiver. Elle estime que son chiffre d'affaires a chuté de 80%. 

Dans l'hôtel tenu par Michel Treuil, même désespoir. Quasiment aucun client à enregistrer au guichet, et le téléphone ne sonne que pour des annulations ou presque. "Sur les 37 chambres, seules trois sont occupées" se désole-t-il. "Sur le mois de décembre, nous avons fait seulement 10% de notre chiffre par rapport à l'an dernier" constate froidement l'hôtelier. En cause, bien évidemment l'absence de remontées mécaniques. 

Mais dans cet hôtel qui fait restaurant, l'impossibilité de servir à boire et à manger fait aussi fuir les clients. "Beaucoup de gens téléphonent pour venir, mais quand on leur dit qu'on ne fait de restauration, ils nous disent finalement 'Non, ce n'est pas possible, on ne va pas manger dans les chambres...' C'est aussi ça le gros problème" peste Michel Treuil. 

"Je ne sais pas ce que l'on va faire dans un mois ou deux... Si ça continue comme ça, on est morts." - Michel Treuil, hôtelier

Pas de ski alpin, mais les autres activités ont le vent en poupe

Mais Font-Romeu n’est tout de même pas vidée de ses vacanciers. "Il y a quand même du monde, même si c’est moins que ce que l’on attendait, forcément” remarque Gaëtan Rancière, de l’Office du Tourisme, qui n'a pour l'instant pas de chiffre précis de la fréquentation. "Beaucoup viennent nous voir sans savoir trop quoi faire, puisqu'ils venaient habituellement pour le ski alpin”. 

Les remontées mécaniques étant à l’arrêt, les touristes présents se tournent  vers d’autres activités en lien avec la montagne. "L’École du Ski Français a dû s’adapter pour occuper un petit peu les gens qui sont là" souligne Jean-François Gadel, membre du comité directeur de l’ESF de Font-Romeu.

Des initiations au snowboard et au ski tout en bas des pistes, avec un tapis roulant pour remonter de quelques mètres, font le plein. Tout comme les sorties en raquettes, ou en ski de fond, particulièrement prisées. 

Jérôme tient un magasin de sport d’hiver qui propose de tout, sauf du ski alpin. Cette première semaine de vacances scolaires l’a "agréablement surpris". Les skis de randonnée partent comme des petits pains. "On a dû mettre en place des réservations. Nous avons été en rupture de stocks pendant plusieurs jours sur certains produits. Il s’agit souvent de clients qui viennent du ski alpin.

Certains qui avaient déjà un secteur d’activité spécialisé arrivent donc à tirer leur épingle du jeu. Des loueurs de ski ont eux aussi augmenté leurs stocks de skis de fond, de raquettes… "Nous avons doublé notre parc sur ces produits-là. Mais ça ne compense pas la perte du ski alpin" indique Rachel Larose. 

Et il reste risqué pour ces loueurs de tout miser sur le ski de randonnée : une paire vaut environ le triple d’une paire de ski alpin. Il faudrait plusieurs saisons pour amortir cet investissement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess