Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Simon Barbeau, PDG du groupe Brandt France : "Nous croyons à l'avenir du made in France"

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Brandt France va investir 10 millions d'euros cette année dans ses usines de St Jean-de-la-Ruelle (Loiret) et de Vendôme (Loir-et-Cher) pour lancer de nouveaux produits et moderniser l'outil industriel. "Le marché est porteur", affirme Simon Barbeau, le PDG du groupe. Entretien.

L'usine Brandt à St Jean-de-la-Ruelle emploie environ 600 personnes
L'usine Brandt à St Jean-de-la-Ruelle emploie environ 600 personnes © Radio France - François Guéroult

10 millions d'euros : c'est ce que va injecter le groupe électroménager Brandt France cette année pour ses usines de St Jean-de-la-Ruelle, près d'Orléans et de Vendôme dans le Loir-et-Cher. Des sites spécialisés dans la production de fours à cuisson et de tables à induction sous les marques De Dietrich, Sauter et Brandt et qui emploient 750 salariés (dont 600 pour l'usine stéoruellane). Entretien avec Simon Barbeau, le PDG du groupe Brandt France.

La crise sanitaire, qui contraint les Français à passer plus de temps chez eux et donc aussi dans leur cuisine, profite-t-elle à Brandt France ?

Plus globalement, on observe effectivement que les Français se préoccupent davantage de leur intérieur, et particulièrement de leur cuisine. On utilise davantage les appareils, et on s'aperçoit que pour faire de la bonne cuisine, il faut un bon four ! Donc, oui, la dynamique du marché actuellement est bonne, et ce depuis le premier déconfinement en mai 2020, et les marques du groupe Brandt en profitent.

Faut-il y voir aussi l'attrait du "made in France" ?

Avec la crise sanitaires, les consommateurs se posent davantage de question sur l'origine des produits, c'est devenu une préoccupation plus importante qu'avant. Et cela, c'est forcément porteur pour Brandt puisque nous avons le label Origine garantie France, plus de 50% de notre chiffre d'affaire est réalisé avec des produits fabriqués en France. Plus que jamais, nous croyons aux vertus du made in France ! Mais dans notre secteur, ce ne sera jamais un argument suffisant pour vendre : il nous faut aussi nous distinguer par la qualité et l'innovation de nos produits, et pour cela, il faut investir.

Simon Barbeau, le PDG de Brandt France
Simon Barbeau, le PDG de Brandt France - DR

Justement, à quoi vont servir ces 10 millions d'euros d'investissement annoncés pour les usines de St Jean-de-la-Ruelle et de Vendôme ?

Il y a trois objectifs : lancer de nouveaux produits, améliorer la sécurité & l'environnement des sites, et améliorer la compétitivité de notre outil industriel. Pour les nouveaux produits, ce sera un nouveau four à cuisson rapide qu'on vendra à un prix attrayant et une nouvelle table à induction ergonomique et intuitive. Beaucoup d'innovations sont possibles pour ces appareils, à la fois en terme de performance - un four qui chauffe plus vite, qui soit plus facile à nettoyer, qui soit plus autonome - et d'interface - la possibilité de connecter le produit à son smartphone, par exemple.

Cela passe donc aussi par la modernisation de l'outil industriel, donc des usines...

Oui, l'objectif est notamment de consommer moins d'énergie dans ces sites de production. C'est aussi chercher à être plus créatif, plus innovant, dans la manière d'assembler les produits et de fabriquer les composants. Le programme d'investissement correspond donc également à ces enjeux-là.

Cette croissance du groupe vous permettra-t-elle de recruter ?

Oui, une campagne de recrutement est d'ores et déjà lancée. On espère 40 à 60 embauches, répartis sur les 2 sites d'Orléans et de Vendôme, dans le courant de l'année. Une partie proviendra de la titularisation d'intérimaires avec qui nous avons l'habitude de travailler.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess