Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

SKF prévoit de supprimer 123 postes dans son usine de Lons-le-Saunier

-
Par , France Bleu Besançon

Le groupe SKF Aerospace annonce son intention de supprimer 123 postes de travail dans son usine de Lons-le-Saunier dans le Jura. Le groupe suédois se dit confronté aux conséquences du coronavirus et de la chute brutale du trafic aérien.

Un atelier de l'usine SKF de Lons-le-Saunier
Un atelier de l'usine SKF de Lons-le-Saunier © Maxppp - Philippe Trias

Le coup est dur pour le bassin d'emploi de Lons-le-Saunier: 123 postes pourraient être supprimés chez SKF à Lons le Saunier. Le groupe suédois, l'un des leaders mondiaux du roulement mécanique,  prévoit aussi 13 créations de postes sur le site, ce qui laisse quand même un solde négatif de 110 emplois. 

L'usine jurassienne emploie 350 personnes, elle fabrique des roulements et des rotules, des pièces de pointe pour l'aéronautique. Ce projet de restructuration intervient dans le cadre "du plan de relance stratégique SKF Aerospace 2023, qui a pour objectif de préparer l'avenir et de renouer avec une croissance durable" selon la direction du groupe SKF, qui  se dit confrontée aux conséquences du coronavirus et de la chute brutale du trafic aérien. 

Une chute de moitié de l'activité à cause de la pandémie

"On savait que l'entreprise connaissait des difficultés, l'usine de Lons  a perdu 50% de son activité avec la crise du covid", réagit Jean-Yves Ravier, le maire de Lons-le-Saunier, "mais 123 emplois sur 350 c'est énorme, des familles vont se retrouver impactées, mais aussi des sous-traitants". 

On risque de perdre un savoir-faire précieux" - Pascal Loureiro, délégué CGT

Le syndicat CGT se dit déterminé à faire baisser le nombre de suppressions d'emploi. "On va essayer de privilégier les départs volontaires, et demander l'allocation partielle longue durée", explique Pascal Loureiro, délégué CGT. Ce dispositif de chômage partiel permettrait selon le syndicat de conserver les salariés et le savoir-faire dans l'entreprise, dans l'attente d'une reprise de l'activité. "Si on licencie trop de personnes on va perdre un savoir-faire précieux, on fabrique des pièces d'avion, pas des cure-dents".  Les négociations sur ce plan de restructuration débutent le 22 septembre et vont durer  3 mois.

Le groupe SKF, spécialiste de la mécanique et notamment des équipements rotatifs et des roulements à billes, des services à l'industrie et de l'ingénierie industrielle emploie 43.360 collaborateurs dans le monde, pour un chiffre d'affaires global de 8,1 milliards d'euros en 2019.  En France, SKF emploie plus de 3.000 personnes sur plusieurs sites, dont 350 à Lons-le-Saunier, usine spécialisées dans les pièces pour l'industrie aéronautique, dont 40% sont destinées à l'exportation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess