Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ski, via ferrata et 150.000 touristes par an : le projet de trois Creusois pour les Monts de Guéret

-
Par , France Bleu Creuse

Le patron d'agence immobilière Eric Rapinat, le président de Creuse Oxygène Alain Menut et l'entrepreneur Christophe Ducluzeau s'unissent pour développer la station sports nature des Monts de Guéret. Le projet, ambitieux, doit encore trouver un soutien politique et financier.

Alain Menut, président de Creuse Oxygène, Eric Rapinat, patron de l'agence immobilière du même nom, et Christophe Ducluzeau, propriétaire de chalets à La Chapelle Taillefert
Alain Menut, président de Creuse Oxygène, Eric Rapinat, patron de l'agence immobilière du même nom, et Christophe Ducluzeau, propriétaire de chalets à La Chapelle Taillefert © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

Dans trois ans, on pourrait peut-être faire du ski en Creuse en plein été. Pas sur de la neige mais sur une piste synthétique installée dans les monts de Guéret. C'est l'une des idées du projet "Creuse Nature Émotion".  Il vient d'être lancé par trois Creusois bien connus dans le département : Eric Rapinat, Alain Menut et Christophe Ducluzeau. Le premier est patron de l'agence immobilière du même nom, le second est président du club de vélo Creuse Oxygène et le dernier est entrepreneur, propriétaire des gîtes L'écrin du Breuil à La Chapelle-Taillefert.

Pas un "Eurodisney creusois"

Ils ont tous les trois l'ambition de développer la station sport nature des Monts de Guéret d'ici les Jeux olympiques de 2024. Mais il ne s'agit surtout pas de la transformer en Eurodisney : leur business plan fait 180 pages et il y a un mot tabou : parc d'attraction. Ils ne veulent surtout pas être associés à cette image : "Parc d'attractions, c'est vulgaire. Un parc, c'est fermé alors qu'on propose un modèle ouvert où les gens seront libres de circuler comme ils le souhaitent en navette électrique, en payant leur activité ou avec un système de forfait à la semaine par exemple", précise Christophe Ducluzeau.

Faire venir les gens en développant des activités, sans rien raser

Pourtant, ils proposent des activités sensationnelles : via ferrata, bateau électrique, ski nautique mais aussi du "vrai" ski sur des pistes en matière synthétique et du "tubby", sorte de descente sur des bouées. Ils mettent l'accent sur la nature en partant d'un constat :  la Creuse est magnifique... sauf que personne ne le sait, explique Eric Rapinat : "C'est sûr que notre département n'attire pas beaucoup de personnes. On veut faire venir les gens en développant des activités, sans rien raser."

150.000 visiteurs par an

Leur objectif est d'atteindre 150.000 visiteurs par an dans les monts de Guéret d'ici 2024. Ce serait quinze fois plus qu'aujourd'hui, puisqu'on compte actuellement 10.000 personnes par an sur les activités payantes. En comptant aussi tous les visiteurs qui se déplacent gratuitement sur le site (randonneurs, cyclistes, etc.), l'agglomération du Grand Guéret estime qu'on est à 100.000 passages par an. A titre de comparaison, le parc à loups et la cité de la tapisserie attirent chaque année chacun environ 50.000 visiteurs.

Il faut brasser plus de monde pour avoir plus de compétitivité

Pour accueillir tous ces touristes, il faudrait construire 800 lits d'après leurs estimations. Promis : ce ne sera pas un énorme hôtel ; ils veulent plutôt une multitude de petits hébergements. Pour Alain Menut, la Creuse a les moyens de jouer dans la cour des grands : "Nous avons besoin d'une structuration. On peut aller beaucoup plus loin que ce qui existe aujourd'hui sur les monts de Guéret. Il faut brasser plus de monde pour avoir plus de compétitivité. On cible plutôt le monde urbain."

Pas de financeur pour le moment

D'après leurs calculs, ils pourraient ainsi créer 43 emplois directs, et 500 indirects. Sur le papier, le projet est ambitieux. Dans les faits, tout reste à faire. Il reste de nombreux points d'interrogation. Les terrains appartiennent aux communes ; il faut donc les convaincre. Les trois Creusois assurent avoir le soutien de nombreux politiques creusois. Ils ont en tout cas celui d'Eric Correia, nous confirme le président de l'agglomération du Grand Guéret.

L'autre défi consiste à trouver des investisseurs pour ce projet estimé à 25 millions d'euros (9,5 millions pour les hébergements et 15,145 pour le développement des activités). Enfin, il faudra réussir à fédérer tous ces acteurs, privés, publics et associatifs, qui travaillent déjà aux monts de Guéret.

Un bureau d'études va examiner prochainement le dossier de "Creuse Nature Émotion". Les trois porteurs de projet décideront d'ici septembre 2021 s'ils se lancent dans la concrétisation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess