Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu Montagne

Ski : les politiques unanimes pour dénoncer la fermeture des stations à Noël

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Les représentants politiques de Savoie et Haute-Savoie réagissent en masse après les annonces d'Emmanuel Macron de reporter l'ouverture des stations de ski au mieux au mois de janvier. Tour d'horizon.

Stations fermées à Noël, les élus montent au créneau (illustration à Val Cenis)
Stations fermées à Noël, les élus montent au créneau (illustration à Val Cenis) © Radio France - Aurélien Accart

Ils sont quasi-unanimes. Dès les déclarations d'Emmanuel Macron ce mardi soir selon lesquelles il lui semble "impossible d'ouvrir les stations de ski pour les fêtes", les représentants politiques de Savoie et de Haute-Savoie réagissent. Entre stupeur, incompréhension et critiques, ils ne comprennent pas cette prise de position alors que quelques heures auparavant ils étaient conviés à réfléchir sur un protocole sanitaire pour leurs stations de ski. 

"C'est une douche froide." - Hervé Gaymard

Sur France Bleu Pays de Savoie, Hervé Gaymard, le président LR du Département de la Savoie reconnaît qu'il ne "s'attendait pas à cette décision maintenant (...) c'est une douche froide (...) nous travaillons tous depuis septembre sans relâche pour préparer l'ouverture des stations". Hervé Gaymard ajoute : "Les montagnards ne se découragent pas (...) nous espérons convaincre les pouvoirs publics de faire preuve de pragmatisme".

"Les montagnards ne se découragent pas" dit Hervé Gaymard

Dans un courrier adressé ce mercredi au Premier ministre, Hervé Gaymard demande à Jean Castex de s'exprimer pour ne pas laisser "croire que la montagne est fermée (...) car en réalité les stations seront ouvertes, même si les pouvoirs publics n'autorisent pas l'ouverture de certaines activités". Il réclame "une rectification de la parole publique" rapide et au plus haut niveau.

"La concertation est un véritable leurre. C'est grave." - Nicolas Rubin

Nicolas Rubin, le maire de Châtel , estime que ces propos du Président jouent "sur la santé mentale des gens qui commencent à se poser des questions". "La cocotte minute est en train de chauffer", estime le représentant des maires de Haute-Savoie. Pour l'élu haut-savoyard "le message est très négatif (...) la concertation est un véritable leurre. C'est grave". Nicolas Rubin appelle les parlementaires, maires, députés et même sympathisants des régions de montagne à co-signer une tribune à l'attention d'Emmanuel Macron pour qu'il révise sa position.

"On était en capacité d'offrir de grands espaces à l'air libre" affirme Nicolas Rubin

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le maire de Chamonix, Eric Fournier, exprime sa plus vive inquiétude quant aux conséquences économiques et sociales d’une fermeture des stations à Noël. "Les stations ne demandent ni plus ni moins que le régime national", écrit l'élu dans un communiqué. Il demande une solution "graduée et équilibrée pour sauver les territoires de montagne qui vivent en très grande partie quatre mois dans l'année".

A Moûtiers, Fabrice Pannekoucke regrette que le gouvernement ne fasse pas confiance aux professionnels de la montagne. "Faire plus confiance aux montagnards aurait pu éviter des victimes économiques", estime le maire de la commune de Tarentaise. "Les acteurs de la montagne ont mobilisé leurs forces dès le mois de mars 2020 pour proposer des adaptations des activités propres à leurs territoires (...) Cette annonce n’est pas acceptable pour les acteurs de la montagne." 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La sénatrice LR de Savoie Martine Berthet fait part de sa "déception et de sa tristesse". Elle aussi met en avant les négociations qui étaient en cours avec les professionnels de la montagne à peine quelques heures avant les déclarations d'Emmanuel Macron. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La réaction est identique du côté de la député de la Savoie et élue régionale Emilie Bonnivard. Quelques heures avant les déclarations d'Emmanuel Macron, l'élue avait interpellé le gouvernement à l'Assemblée. 

"C’est la sauvegarde de toute l’économie de la montagne qui est en jeu" - Emilie Bonnivard

Dans un communiqué, elle insiste sur "le caractère absolument essentiel de cette activité économique pour des milliers de personnes. Noël, c’est 20% du chiffre d’affaires d’une saison, couplée à janvier c’est 40% […] C’est la sauvegarde de toute l’économie de la montagne qui est en jeu dans les décisions qui seront prises les prochaines semaines ». La Savoyarde est même très inquiète pour l'avenir quand on parle d'une possible ouverture le 20 janvier : "c’est une éternité ! Que se passera-t-il si trois semaines après le jour de l’an, on dépasse les 5 000 contaminations par jour ? On n’ouvrira pas non plus en février ? C’est absolument inconcevable. C’est un couperet inacceptable qui est tombé sur nous".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les députés LR écrivent une lettre ouverte à Emmanuel Macron, co-signée par 80 parlementaires, dont les sénateurs savoyards Martine Berthet et Cédric Vial et haut-savoyards Sylviane Noël et Cyril Pellevat, et les députés de Savoie Emilie Bonnivard, Vincent Rolland et de Haute-Savoie Martial Saddier et Virginie Dubby-Muller. Pour eux, le Président "condamne d’emblée 35% du chiffre d’affaire d’une saison". "Ne nous y trompons pas, les plus pénalisées par cette décision seront les petites et moyennes stations". 

La députée LR de Haute-Savoie Virginie Duby-Muller  parle d'une "annonce soudaine (...) profondément incomprise sur le terrain (...)Il est urgent de faire primer le bon sens local plutôt que d’imposer des décisions déconnectées des réalités de nos territoires. » 

"Ne nous y trompons pas, les plus pénalisées par cette décision seront les petites et moyennes stations", écrivent les parlementaires LR à Emmanuel Macron

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A Chambéry, le conseiller régional Xavier Dullin interpelle directement Emmanuel Macron dans une lettre ouverte publiée sur Facebook. "Vous avez tiré un trait, ou presque, sur l’économie de la montagne cet hiver". Il insiste à son tour sur les conséquences économiques d'une saison tronquée : c’est  51% de notre PIB en Savoie qui irriguent toute une filière. C’est _120 000 emplois_. Votre prise de position repoussera d’autant les investissements à venir et risque de générer “ de la casse” dans les entreprises de la filière"

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le sénateur de la Haute-Savoie Loïc Hervé demande aussi à Emmanuel Macron de revoir sa position en permettant l'ouverture des stations des sport d'hiver "pour les vacances de Noël".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Localement, beaucoup de maires de stations de ski font état de leur incompréhension. Ainsi, la maire de Megève, Catherine Jullien-Brèches, écrit qu'elle "regrette la décision unilatérale du Président de la République de ne pas ouvrir les domaines skiables alors que le Premier Ministre menait depuis quelques jours des négociations avec l'ensemble des acteurs du tourisme de montagne (...) Toutes les stations, dont Megève, ont travaillé à la mise en place d'un protocole sanitaire renforcé (...) j'ai une pensée émue et attristée pour tous nos acteurs économiques mégevans qui ne pourront pas travailler".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A Saint-Gervais, le maire Jean-Marc Peillex, connu pour ses prises de position tranchées, n'hésite pas à affirmer que la station "accueillera ses hôtes dès le 15 décembre (...) avec toutes les autres activités sportives et culturelles qui en font une station familiale".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

De son côté, le député LREM de Savoie Patrick Mignola est en contact ce mercredi avec le Premier ministre. Contacté par France Bleu Pays de Savoie, l'élu savoyard explique qu'il attend des précisions de la part du chef du gouvernement demain lors de sa prise de parole. "Pour l'instant il y a de la confusion", estime Patrick Mignola, "il faut dire clairement que si les remontées mécaniques sont fermées à Noël, les stations elles peuvent encore accueillir des vacanciers pour toutes les autres activités de montagne".

-
- © Visactu

En Haute-Savoie, la députée Frédérique Lardet dénonce une décision "trop hâtive". La Présidente du Grand Annecy estime que cela porte "un nouveau coup au secteur qui emploie chaque hiver 120 000 personnes et dont le poids économique est de 10 milliards d’euros". Elle affirme aussi que "des échanges récents avec Matignon laissaient présager une éventuelle ouverture pour les vacances de fin d’année". Pour elle, cette décision est "vécue par les professionnels comme une trahison". Elle évoque aussi une _"réalité du terrain alarmante_" avec des stations suisses concurrentes qui sont ouvertes par exemple.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess