Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Solidarité : ces Ligériens qui veulent soutenir les étudiants précaires

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les initiatives pour venir en aide aux étudiants en difficultés économiques à cause de la crise sanitaire se multiplient dans la Loire. Une chaîne de solidarité lancée par des individus à Sorbiers ou Villars par exemple.

Collecte de denrées alimentaires et produits d'hygiène à destination des étudiants précaires (image d'illustration)
Collecte de denrées alimentaires et produits d'hygiène à destination des étudiants précaires (image d'illustration) © Radio France - Anne Fauvarque

De nombreux étudiants sont touchés par la précarité à cause de la crise liée au Covid. Une situation qui a touché Boubakeur Zaidi, le co-gérant du restaurant le Sahel à Sorbiers. Il propose désormais tous les samedis un couscous à emporter à 1 euro pour les étudiants. Il s'est inspiré d'un mouvement lancé par d'autres restaurant en région parisienne.  Et les images à la télévision l'ont marqué.

"Ça m'a mis une claque quand j'ai vu ces files d'étudiants qui attendaient devant certains restos ou certaines boutiques pour récupérer un peu à manger, reconnait Boubakeur Zaidi. Mon coté africain-maghrébin qui ressort un petit peu. Vous savez, on est très généreux, on a aussi le devoir d'aider son prochain. et les étudiants ils m'ont vraiment touché sur ce Covid. Et j'avais envie de participer à cet élan solidaire. C'est pas normal que des jeunes comme ça, se retrouve dans une détresse pareille. Ça m'horrifie. C'est une urgence pour moi. Je n'aurais jamais pensé dans ce pays... je suis né ici, je suis né en France, la France m'a tout donné, je n'aurais jamais pensé voir un jour un étudiant comme ça dans la détresse. C'est pas normal. J'aimerais que si quelqu'un entend ce message, en se mette tous main dans la main, qu'on essaye de faire, même si c'est petit, même autour de chez nous, que chacun se rende compte de la situation et qu'on essaye de faire quelque chose. Ça coute pas très cher d'aider quelqu'un honnêtement. Si tout le monde décidait d'aider une personne, la chaîne elle serait énorme aujourd'hui". 

Boubakeur Zaidi envisage d'étendre son dispositif aux personnes âgées et il est en discussion actuellement avec la mairie de Sorbiers. Les étudiants qui veulent bénéficier de ce couscous à un euro doivent le contacter le vendredi (au 06 51 28 74 39) pour venir chercher leur plat le samedi. 

A Villars, jusqu'à ce vendredi soir, des cartons sont installés dans les sept écoles de la commune pour récupérer des denrées alimentaires et des produits d'hygiène.  Les produits seront ensuite distribués gratuitement aux étudiants via l'épicerie solidaire de la FASEE. Une initiative du Comité des œuvres sociales (COS) de la ville de Villars animé notamment par Sabrina Brahimi et Nadia Sayad. Et les Villardaires (et au-delà) ont répondu présents. 

"C'est un engouement. Ça a pris une proportion... on ne s'y attendait pas du tout. Les gens ont ce besoin d'aider, de participer. Ils nous remercient en déposant leurs sacs. Il n'y a pas que des parents qui participent à cette action. On a aussi des Villardaires et des gens d'autres communes qui demandent à déposer les denrées alimentaires pour les jeunes étudiants. Je vois qu'on aide beaucoup les gens du spectacle, les grandes entreprises, mais je trouve que les étudiants on ne les a pas trop trop aidés. Mon fils et ma fille sont à l'Université. Ils ont des amis qui sont dans le besoin. Des fois ça nous arrive de leur donner des plats tout prêts parce que "Maman, il a faim, maman ci, maman çà..." oui, ça nous touche. Cette crise Covid, elle touche tout le monde. Il y a des soignants qui font leur maximum et nous cette notre manière de dire, voilà, aujourd'hui, on peut aider. Un petit peu, à notre niveau, mais on peut aider". 

Et le rêve du COS de Villars ce serait que leur initiative donnent des idées à d'autres associations dans d'autres communes.

Enfin,  dans les Intermarchés, à Bellevue, Saint-Héand, Montbrison, dans tout les supermarchés du groupe, les étudiants paient leurs courses 20 euros au lieu de 30.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess