Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

SONDAGE - Les habitants du Grand Est, pessimistes mais heureux

mardi 19 février 2019 à 5:01 Par Blandine Costentin, France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu Champagne-Ardenne

Le cabinet Elabe publie ce mardi le Baromètre des territoires. Cette enquête pour l’Institut Montaigne et franceinfo montre comment les Français perçoivent leur région et évaluent leur qualité de vie. Une étude tout en paradoxe dans le Grand Est, entre attachement à la région et crainte de l'avenir.

Sondage Elabe pour l'Institut Montaigne et Franceinfo : les habitants du Grand Est aiment leur région mais envisagent mal son avenir.
Sondage Elabe pour l'Institut Montaigne et Franceinfo : les habitants du Grand Est aiment leur région mais envisagent mal son avenir. © Maxppp - Alexandre Marchi

Grand Est, France

Heureux mais pessimistes, attachés à leur territoire, mais persuadés qu’il est en déclin… Voilà en quelques mots le portrait des habitants du Grand Est, dressé par Elabe pour l’Institut Montaigne et franceinfo, dans une étude publiée ce mardi. Ce Baromètre des territoires dont la version 2019 s’intitule “La France en morceaux” est une enquête réalisée auprès de 10.010 personnes en France, selon un échantillon représentatif dans chaque région.

Le Grand Est, une région en déclin ?

Les personnes interrogées par Elabe ont le sentiment que le Grand Est souffre d’inégalités en matière de services publics, d’infrastructures, d’éducation et de culture. Pour 42% d’entre eux, les transports sont le premier défaut de la région.  En matière économique, le regard sur le Grand Est est également très morose. Et, pour 45% d’entre eux (soit six points de plus que la moyenne nationale), ce malaise a un coupable : la mondialisation. C’est d’ailleurs dans le Grand Est qu’on s’indigne le plus des délocalisations.

Dans le Grand Est, l'avenir ne fait pas envie. Ses habitants affichent le degré de pessimisme le plus élevé, ex-aequo avec les régions Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté : 52%, soit 8 points de plus que la moyenne nationale. Un avenir peu attirant dans une région peu attractive ? C’est ce qui ressort également de l’enquête : à la question, “le lieu où je vis attire-t-il de nouveaux habitants ?”, ils sont seulement 42% à répondre oui. Un sentiment corroboré par la statistique : l’Insee montrait en décembre 2018 que le solde migratoire du Grand Est était l'un des plus faibles de métropole

Et ça risque de ne pas s’améliorer : si l’on en croit cette étude, les deux tiers des habitants du Grand Est estiment que les jeunes doivent s’éloigner de chez eux pour réussir leur vie professionnelle.

Baromètre des régions 2019 : le Grand Est. - Visactu
Baromètre des régions 2019 : le Grand Est. © Visactu

Il n'y a pas que l'avenir que les habitants du Grand Est voient en noir. Le quotidien, aussi, est compliqué pour beaucoup d'entre eux. Un habitant sur deux affirme que les fins de mois sont difficiles (deux points de plus que la moyenne nationale) et 46% trouvent que leur situation financière s’est dégradée depuis un an. Si la plupart des personnes interrogées dans le Grand Est font un peu, voire très attention aux prix lorsqu’elles font leurs courses alimentaires, 48% d’entre elles ont retardé voire abandonné des soins de santé pour des raisons financières, en 2018.

Et pourtant, dans le Grand Est, on est heureux

C’est un paradoxe frappant de cette étude : au milieu d’un diagnostic très noir sur l’état de la région et son avenir, 73% des habitants du Grand Est se disent heureux et 68% sont satisfaits de leur équilibre entre vie personnelle, familiale, sociale et professionnelle.  Plus que la moyenne française, les gens du Grand Est se disent attachés à leur département (56%) et à leur région (60%). Ce qu’ils préfèrent ? Leurs paysages (première qualité de la région), l’histoire de leur région (25% : c’est le score le plus élevé de toutes les régions) et ses traditions.  

Enfin, on remarque que 41% des habitants du Grand Est y sont nés. Avec huit points de plus que la moyenne nationale sur cette question, c’est le deuxième score le plus élevé de toutes les régions. Reste à savoir si les gens restent dans le Grand Est parce qu’ils s’y sentent bien ou parce qu’ils n’ont pas réussi à le quitter.

Vue du massif des Vosges : les habitants du Grand Est aiment les paysages de leur région. - Maxppp
Vue du massif des Vosges : les habitants du Grand Est aiment les paysages de leur région. © Maxppp - Philippe Clément

Le Baromètre des territoires est une enquête réalisée auprès de 10.010 personnes en France, dont 800 dans le Grand Est. Ces 800 personnes constituent un échantillon représentatif de la population de la région, réalisé à partir de quotas sur les variables de genre, d’âge, de catégorie socio-professionnelle et de taille d’agglomération.