Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le jouet "Sophie la girafe" bientôt produit dans les Vosges

L'emblématique jouet "Sophie la girafe" produit à Rumilly en Haute-Savoie sera bientôt également fabriqué dans les Vosges. Une usine doit sortir de terre à Saint-Nabord pour produire le jouet pour l'export.

Le jouet Sophie la girafe est jusque-là produit en Haute-Savoie
Le jouet Sophie la girafe est jusque-là produit en Haute-Savoie © Maxppp - Maxppp

Saint-Nabord, France

Sophie la girafe sera bientôt vosgienne. Pour augmenter la production du jouet, la société Vulli va implanter une usine à Saint-Nabord dans les prochains mois. Ce sera la deuxième du groupe après celle de Rumilly en Haute-Savoie (150 salariés) , où le jouet est fabriqué, une girafe qui fête cette année ses 55 ans et reste le jouet pour bébé le plus vendu en France.

A LIRE AUSSI | Sophie la Girafe, 55 ans de "Made in France"

Une usine pour davantage exporter

Mais c'est bien la demande internationale qui incite Vulli à s'installer dans les Vosges : aux Etats-Unis, quatre bébés sur dix possèdent la girafe, même chose en Australie. Le jouet est vendu dans 75 pays dans le monde. Les modèles produits à Saint-Nabord seront uniquement destinés à l'export. Cinquante emplois seront créés. Alain Thirion, PDG de Vulli voulait s'implanter dans les Vosges :

Compte tenu de son expansion, il est nécessaire pour assurer la sécurité des approvisionnements et surtout pour faire face à l'augmentation des ventes à l'exportation de la fabriquer ailleurs. Et j'ai choisi les Vosges puisque je suis vosgien de père en fils."

Processus automatisé

La girafe va s'installer dans une ancienne usine de 30.000 m². Une très grande surface qui ne sera pas utile, en tout cas au démarrage. Alain Thirion veut un processus de fabrication "le plus automatisé possible" :

A l'heure actuelle, la girafe Sophie nécessite de nombreuses opérations et je voudrais réduire le nombre d'opérations [...] Ca restera un produit unique parce qu'elle est faite, pour une bonne partie, à la main."

Les premières girafes vosgiennes devaient sortir de l'usine en début d'année 2017.