Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Soudures de l'EPR de Flamanville : verdict de l'ASN le mois prochain

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

L'Autorité de sûreté nucléaire se prononcera en juin sur le dossier des soudures de l'EPR de Flamanville. Le président de l'ASN l'a confirmé jeudi lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

© Radio France - Benoît Martin

En avril dernier, un groupe d'experts de l'ASN avait conclu qu'EDF ne pouvait laisser en l'état 8 soudures défectueuses détectées sur le chantier de l'EPR de Flamanville. A ce moment là, il avait été indiqué que l'Autorité rendrait sa décision sur le sort de ces soudures, et en conséquence, du réacteur, au mois de juin

Entendu ce jeudi à l'occasion d'une audition devant l'Assemblée nationale, le président de l'ASN, Bernard Doroszczuk, a confirmé cette échéance.  Mais avant de prendre sa décision, l'Autorité entendra les représentants d'EDF le 29 mai prochain. Ce jour là, le groupe devra présenter ses arguments et défendre ses choix. En l'occurrence, il estime que les 8 soudures défectueuses et difficiles d'accès n'ont pas besoin d'être reprises. Une position qui ne suit pas les préconisations des experts qui s'étaient prononcés pour la reprise des soudures. "EDF devra donc être en mesure de prouver qu'une rupture éventuelle n'aurait pas d'impact sur la sûreté, et que des dispositifs de parade pour limiter les conséquences ont été prévus", a précisé le président de l'institution à l'issue de son audition. 

Si EDF ne parvient pas à convaincre l'ASN lors du rendez-vous du 29 mai, l'ASN pourrait obliger l'énergéticien à entreprendre d'importants travaux qui retarderaient encore la mise en service de la centrale. Pour l'heure, le chargement du combustible nucléaire est toujours prévu à la fin de l'année.