Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des habitants de Souvigné, en Indre-et-Loire, dénoncent une eau de mauvais goût payée plus chère

mercredi 16 janvier 2019 à 5:47 Par Marie-Ange Lescure, France Bleu Touraine

A Souvigné, au nord de l'Indre-et-Loire, les factures d'eau n'en finissent plus de grimper depuis le premier janvier 2019. Une eau plus chère et de mauvaise qualité, selon certains habitants inquiets des taux de pesticides et de l'odeur.

Souvigné : les factures d'eau et d'assainissement grimpent en flèche !
Souvigné : les factures d'eau et d'assainissement grimpent en flèche ! © Maxppp - ©Lionel VADAM

Souvigné, Indre et Loire

Surprise pour bon nombre d'habitants de Souvigné début janvier 2019 : ils ont vu apparaître sur leur facture d'eau une augmentation de plusieurs centaines d'euros pour certains. 

Lors de ses vœux à la population, la maire de Souvigné aurait expliqué qu'il fallait, en fait, payer à la fois la nouvelle station d'épuration et finir de rembourser l'ancienne, désormais hors-service.

L'explication est un peu plus compliquée : la commune qui gérait l'eau et l'assainissement via une régie municipale, a décidé en novembre 2017 de transférer par délégation de service public la gestion de l'eau et de l'assainissement à une société privée. Cette société, STGS, a donc fixé ces tarifs d'abonnement et du mètre-cube d'eau qui viennent s'ajouter à ceux de la commune.  

Emmanuel Bouchenard président de l'association "Eau Assainissement Publics Nord Ouest Touraine" : "Aujourd'hui pour l'assainissement, à la part de l'abonnement du délégataire STGS vient s'ajouter l'abonnement dû à la commune et il en est de même pour le prix du mètre cube d'eau usée qui comprend une part communale et une part pour le délégataire" 

Des échelonnements de paiement pour faire face au surcoût 

Et la maire de Souvigné de rappeler dans un courrier adressé aux habitants que la part communale est restée inchangée depuis 2008, mais qu'il faut désormais ajouter la part du délégataire STGS pour l'abonnements et le prix de l'eau. Selon les calculs du président de l'association, par exemple, l'abonnement serait passé aujourd'hui de 108 euros à 134,41 euros HT pour l'assainissement et le prix du mètre cube d'eau usée de 1,40 euro à 2,88 euros HT.

Laura habite à Souvigné depuis 3 ans et elle a eu la mauvaise surprise de voir sa facture annuelle passer de 468 euros pour une année à près de 740 euros début janvier, sans que sa consommation d'eau est explosée ou qu'il y ait eu une fuite quelque part dans sa maison. 

Des pesticides et un mauvais goût de l'eau  

A ce problème d'augmentation du coût de l'assainissement et des mètres cube s'ajoutent de mauvais résultats relevés par l'ARS (Agence Régionale de Santé) dans la rubrique "pesticide" de l'analyse de l'eau. On peut en effet voir sur le document de l'ARS que "cette eau est non-conforme en pesticides". Toutefois, l'agence précise que "les dépassements de norme observés en pesticides ne nécessitent pas de restriction de consommation de l'eau."

Une chose est sûre pour Laura et d'autres habitants de Souvigné : pas question de consommer l'eau du robinet. Plusieurs personnes ont signalé à l'association, "_un mauvais goût"_, quand elle ne coule pas "marron lorsque l'on veut par exemple remplir la baignoire" explique Laura. 

L'association demande donc que l'ensemble des communes de la communauté de commune Touraine Ouest Val-de-Loire passent en régies publiques d'eau potable et d'assainissement pour bénéficier de "bons et justes tarifs"