Économie – Social

St-Georges-sur-Moulon : avis défavorable pour un atelier de 1.200 bovins

Par Michel Benoît, France Bleu Berry vendredi 16 décembre 2016 à 4:17

1.200 bovins sont prévus dans un atelier d'engraissement à St-Georges sur Moulon
1.200 bovins sont prévus dans un atelier d'engraissement à St-Georges sur Moulon © Radio France - Michel Benoit

A St-Georges sur Moulon, au Nord de Bourges, le commissaire enquêteur vient de délivrer un avis défavorable concernant l'extension d'un atelier d'engraissement de bovins jusqu'à 1.200 animaux. Le sujet oppose écologistes et éleveurs.

La préfecture du Cher aura le dernier mot. Elle devra trancher d'ici le début d'année prochaine en autorisant ou non cet agrandissement. Pour Willy Beteau, président de l'association AVEC (association de veille environnementale du Cher), l'éleveur a minoré dans son dossier l'impact environnemental de son élevage, notamment le nombre de camions de paille qui circuleront. Cela reviendrait à dire que chaque bovin ne disposerait que de 800 grammes de paille par jour. Et ce n'est qu'un exemple. L'écologiste estime le plan d'épandage beaucoup trop flou. Tout comme le nombre précis d'animaux dans cet élevage puisque le bâtiment, prévu initialement pour 700 animaux en 1994, en accueillerait 1000 aujourd'hui et l'éleveur évoque même le nombre de 1.200. Trop de questions techniques nécessiteraient plus de précisions. L'avis négatif du commissaire enquêteur est donc logique selon lui.

La commune ne s'est pas opposée à l'extension de cet atelier d'engraissement - Radio France
La commune ne s'est pas opposée à l'extension de cet atelier d'engraissement © Radio France - Michel Benoit

Autre son de cloche, évidemment du côté de la chambre d'agriculture du Cher. Son président, Etienne Gangneron, juge aberrant cet avis défavorable. "Le commissaire enquêteur est sorti de son cadre en posant des questions sociétales" estime le responsable agricole. "Cet élevage, malgré l'importance du nombre de bovins, n'a jamais subi aucune plainte. Cela prouve qu'il travaille correctement". Le débat est assez vif. La profession rappelle la réalité économique de cet élevage : 19 millions d'euros de chiffre d'affaires, ce qui en fait la quatrième plus grosse entreprise agro-alimentaire du Cher.