Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Stable dans la Marne, le chômage est en baisse dans les Ardennes

mercredi 25 avril 2018 à 17:57 Par Sophie Constanzer, France Bleu Champagne-Ardenne

Les chiffres de Pôle emploi ont été publiés ce mercredi pour le premier ministre de l'année, et comme au niveau national, le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse dans les Ardennes : moins 1,4%. En revanche, le nombre de chômeurs est stable dans la Marne.

Les chiffres du chômage pour le premier ministre ont été publiés ce mercredi.
Les chiffres du chômage pour le premier ministre ont été publiés ce mercredi. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Si le chômage est resté stable dans la Marne au premier trimestre de l'année, le chômage a bel et bien reculé dans les Ardennes. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé de 1, 4 % par rapport au dernier trimestre de l'an dernier, soit 4000 chômeurs de moins selon les chiffres de Pôle emploi

Dans le même temps, les projets de recrutement des employeurs n'ont jamais été aussi importants selon Pôle emploi, dans le secteur des services, de la construction, et même dans le secteur de l'industrie. 6400 projets d'embauches sont prévus d'ici la fin de l'année dans les Ardennes tandis que les employeurs annoncent 28 000 projets de recrutement dans la Marne. 

En région Grand-Est, une entreprise sur quatre se dit prête à embaucher et la part des CDI et CDD de plus de 6 mois progresse de 20% dans les intentions affichées. Seul bémol, 46,7 % de ces projets d'embauche sont jugés difficiles par les employeurs (contre 36% en 2017), essentiellement du fait du manque de candidats et de leurs profils inadéquats.