Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Stade de Reims: "C'est ensemble que nous remonterons en Ligue 1", Arnaud Robinet maire de Reims

lundi 16 mai 2016 à 11:16 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Deux jours après l'officialisation de la descente du Stade de Reims en Ligue 2, l'heure est au bilan teinté de regrets, mais aussi aux questions, notamment sur les retombées économiques d'une descente. Le maire de Reims réaffirme son soutien au club et justifie les futurs travaux au stade Delaune.

Arnaud ROBINET
Arnaud ROBINET © Radio France - Sébastien Pochelet

"Je suis d'abord déçu, en tant que supporter et en tant que Rémois". Arnaud Robinet, le député-maire Les Républicains de Reims, a comme beaucoup, vécu le scénario cruel qui a mené les footballeurs rémois en Ligue 2. Samedi soir, lors de la 38ème et dernière journée du championnat de Ligue 1, les Rouges et Blancs s'imposent 4 buts à 1 face à Lyon sur leur pelouse de Delaune. Cependant, Toulouse bat Angers 3-2 et valide son maintien dans l'élite tout en précipitant Reims vers la Ligue 2. Une descente qui a aujourd'hui des conséquences économiques, non seulement pour le club, mais aussi pour toute la ville de Reims.

"C'est peut-être pour mieux repartir et mieux reconstruire"

Après quatre saisons au plus haut niveau, le Stade de Reims doit donc maintenant se reconstruire en Ligue 2. Pour ça, Arnaud Robinet l'affirme, le club peut compter sur le soutien de la ville de Reims: "Il n'y a pas de différence et c'est ensemble que nous allons remonter en Ligue 1". Depuis samedi, le maire de Reims a d'ailleurs échangé avec le président du club de foot rémois, Jean-Pierre Caillot et son vice-président Didier Perrin. "Je leur ai dit que la ville continuerait à soutenir le club, parce que c'est le club des Rémois, la ville en a besoin pour sa renommée, ça fait partie de notre patrimoine et c'est un élément fédérateur".

A ceux qui critiquent les dirigeants du club, Arnaud Robinet répond également et réaffirme son soutien: "Ca faisait 33 ans que l'on attendait une montée dans l'élite et ce sont Jean-Pierre Caillot et Didier Perrin qui l'ont fait remonter, donc je leur fait confiance et j'espère que c'est juste un accident de parcours". Plutôt que de pointer du doigt un tel ou un tel, le maire de Reims préfère parler d'échec collectif: "Il est trop tôt pour trouver les responsables, mais j'ai aussi vu, parfois, des joueurs qui ne mouillaient pas assez le maillot".

La ville continuera d'investir dans le stade, pour l'avenir

Au-delà du simple aspect sportif et de la reconstruction de l'équipe et du staff, se pose maintenant la question des retombées économiques d'une descente en Ligue 2. "**On sait l'impact d'un club de Ligue 1 pour une ville, on parlait de  Reims tous les week-end"**, reconnaît Arnaud Robinet. Premiers inquiets, les commerces et notamment les bars et les restaurants qui accueillaient les supporters et les partenaires. Si il est trop tôt pour quantifier ces pertes, le maire de Reims reconnaît qu'elles existent: "J'espère que l'on minimisera ces pertes économiques, mais si le Stade joue dès le début de saison la montée en Ligue 1, il y aura autant de monde que cette année à Delaune pour voir les matches".

Il se veut optimiste et réaffirme que les investissements prévus pour rénover le stade Delaune sont toujours d'actualité. La pelouse doit être changée dès cette semaine au profit d'une pelouse semi-synthétique et des écrans géants seront installés dans le stade début juillet (coût total des investissements: 2,2 millions d'euros). "C'est du long terme", explique Arnaud Robinet. La ville de Reims espère en effet accueillir des rencontres de la Coupe du monde féminine en 2019 "Et les écrans géants permettront aussi d'organiser d'autres événements que des matches de foot". Le maire de Reims ajoute: "C'est un équipement municipal, donc j'entends certains dirent que c'est inadmissible, mais c'est un investissement sur le long terme et un accompagnement de plus pour le club vers sa remontée en Ligue 1".