Économie – Social

Stade Matmut Atlantique de Bordeaux : le patron de SBA refuse de parler d'accord au rabais

Par Charlotte Coutard, France Bleu Gironde vendredi 4 septembre 2015 à 11:28

Dominique Fondacci, le patron de SBA, dans les locaux de France Bleu Gironde.
Dominique Fondacci, le patron de SBA, dans les locaux de France Bleu Gironde. © Radio France

Fini le Nouveau Stade de Bordeaux, place désormais au Matmut Atlantique. Un contrat en naming vient d'être signé entre la Matmut et SBA, la société qui gère le stade. Le président de SBA était l'invité de France Bleu Gironde ce vendredi matin. Il refuse de commenter les chiffres, et met en avant sa joie et sa fierté.

Désormais, il ne faut plus l'appeler Nouveau Stade de Bordeaux. C'est à présentle Matmut Atlantique . SBA, Stade Bordeaux Atlantique, la société qui gère le stade, vient de signer un contrat en naming avec la Matmut . Le groupe va payer deux millions d'euros par an pendant dix ans pour avoir son nom sur le stade. Au départ, SBA demandait 3,9 millions d'euros pour ce partenariat et a donc dû revoir ses tarifs à la baisse.


France Bleu Gironde : Trois ans de recherches, trois ans de négociations, vous avez finalement signé un contrat de naming avec la Matmut. C’est un contrat au rabais que vous avez signé ?

Dominique Fondacci : le terme n’est pas approprié. Nous avons aujourd’hui, une grande joie, et une grande fierté d’avoir conclu ce contrat, avec une société qui, depuis longtemps, est impliquée dans le sponsoring sportif, et se sert de ce vecteur très fort, pour véhiculer ses valeurs mutualistes. Alors aujourd’hui, le sentiment, c’est de la joie.

Au départ, on parlait d’un contrat à 3,9 millions d’euros, là, c’est un contrat à deux millions d’euros par an, c’est quand même deux fois moins…

Vous comprendrez qu’il ne m’appartient pas, et que je ne souhaite pas commenter des négociations commerciales . Donc aujourd’hui, je suis simplement tourné vers la réalité et vers l’avenir, et aujourd’hui, Matmut Atlantique est tourné vers l’avenir.

Vous êtes soulagé ? Vous aviez peur de ne trouver aucune entreprise intéressée ?

Nous avons travaillé pendant très longtemps à ce dossier, certes. Mais compte tenu de l’importance des enjeux, avec les partenaires avec lesquels nous avons pu travailler, nous avons pris le temps qu’il fallait pour conclure un contrat de cette importance.

Qui va financer les deux millions qu’il manque, c’est SBA ?

Je ne commenterai aucun chiffre. Je sais, aujourd’hui, que, avec Matmut, nous allons dans ce stade qui est innovant, qui a des moyens importants, mettre à la disposition des spectateurs, tous les supports médiatiques, tous les supports électroniques, une pelouse de dernière génération, nous allons ensemble développer cet outil du 21e siècle.

Ce nom, Matmut Atlantique, il est moqué sur les réseaux sociaux. Cela vous amuse ? Vous dérange ?

Le terme, là non plus, n’est pas approprié. Nous avons un partenaire qui, pendant dix ans, va nous accompagner pour offrir aux spectateurs, le meilleur des stades, le meilleur du confort, le meilleur de l’émotion, le meilleur du partage sportif. C’est cela qui est important aujourd’hui.

A LIRE AUSSI :Le Nouveau Stade de Bordeaux a désormais un nomLes internautes se moquent du nouveau nom 

La sécurité est-elle assurée au Matmut Atlantique ?

Ce dimanche, trois supporters des Girondins de Bordeaux ont été blessés lors du match Bordeaux-Nantes. Un portillon d'accès à la pelouse a de nouveau cédé . Ce sont des portillons qui doivent s'ouvrir quand la pression est trop forte, pour éviter des risques d'écrasement des supporters.

Des travaux devaient avoir lieu après ces incidents. Ont-ils été réalisés ?

Dominique Fondacci : il convient de se souvenir que ces portails sont faits pour s'ouvrir . Si dans un stade, un certain nombres d'éléments qui contribuent à la sécurité ne fonctionnent pas, vous pouvez avoir des phénomènes d'écrasement qui sont extrêmement dangereux. Et donc, ces portails se sont ouverts. Aujourd'hui, et depuis le début, nous sommes devant des équipements qui nécessitent des réglages très importants. On doit faire des choix et trouver le bon équilibre , entre le confort et la sécurité. Au fur et à mesure des manifestations, nous continuons ces réglages, de façon à délivrer dans très peu de temps, le parfait positionnement des outils et des moyens qui sont mis à la diposition des spectateurs.

Il y a un match lundi au stade, France-Serbie. C'est un test. Si les réglages ne sont pas au point, il pourrrait y avoir un accident grave...

La sécurité est la chose la plus importante. Ces travaux contribuent à la sécurité. Les travaux sur lesquels nous nous étions engagés ont été faits . Nous continueront. Nous avons pris avec la préfecture, avec la ville, avec le club, l'engagement de conduire ces travaux. ils seront menés à leurs termes.

Cela donne quand même une mauvaise image ces incidents à répétition...

Vous avez vu l'enthousiasme des spectateurs ? C'est ça l'image que je retiens. Ce sont des incidents, et ils sont regrettables. Aujourd'hui, l'image de l'enthousiasme des Girondins à venir supporter le club, c'est celle-là qui m'intéresse.

Dominique Fondacci, le patron de SBA, était l'invité de France Bleu Gironde.