Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Stéphane Demilly : " Le gouvernement est en décalage par rapport au monde rural sur la hausse du prix des carburants"

mercredi 31 octobre 2018 à 8:51 Par Vanessa Lamarre, France Bleu Picardie

Le député centriste de l'Est de la Somme Stéphane Demilly vient d'adresser un courrier au premier ministre pour dénoncer la hausse du prix des carburants.Il estime que le gouvernement a "un tropisme extrêmement urbain".

Stéphane Demilly demande au gouvernement d'entendre la population sur la hausse du prix des carburants
Stéphane Demilly demande au gouvernement d'entendre la population sur la hausse du prix des carburants

Amiens, France

Le député centriste de la Somme n'emploie pas le mot  "racket" comme d'autres responsables politiques, Stéphane Demilly est toujours plus mesuré dans ces propos. Dans le courrier qu'il vient d'envoyer au Premier ministre, il préfère parler de "folie pure" pour qualifier le prix du gazole qui dépasse la barre des 1, 50 Euro et 1, 60 pour l'essence sans plomb .  

"Les responsables gouvernementaux ont un tropisme de grande ville"  

Dans son courrier, Stéphane Demilly explique à Edouard Philippe que selon les chiffres de l'INSEE, en région Hauts-de-France, 71% des actifs   travaillent hors de leur commune de résidence. Ils doivent en moyenne faire 29 km aller-retour chaque jour pour se rendre au travail. 

Le député centriste de la Somme, rappelle que pour l'écrasante majorité de ces habitants, il n'existe aucun transport en commun leur permettant d'effectuer ces trajets.  

Pour Stéphane Demilly quand un ministre du gouvernement explique qu'il va au bureau à pied ou à vélo c'est de la provocation pour les habitants des zones rurales.  Il demande au gouvernement de baisser le montant des taxes qui représentent plus de 60% du prix à la pompe.

Réécoutez ici le coup de colère de Stéphane Demilly