Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Steva Bessines : "le ministère de l'Economie est en négociation sur le loyer de l'usine"

Par

Trouver une solution sur le loyer, trop cher. C'est l'une des principales pistes mises en avant par la députée de Haute-Vienne Marie-Ange Magne, dans le dossier Steva. L'entreprise cherche toujours un repreneur, à quelques jours de l'audience devant le tribunal de commerce.

Marie-Ange Magne, députée LREM de la Haute-Vienne, travaille sur le dossier Steva en lien avec le ministère de l'Economie. Marie-Ange Magne, députée LREM de la Haute-Vienne, travaille sur le dossier Steva en lien avec le ministère de l'Economie.
Marie-Ange Magne, députée LREM de la Haute-Vienne, travaille sur le dossier Steva en lien avec le ministère de l'Economie. - © Aurélien Morissard/IP3 PRESS/MAXPPP

Il n'y a toujours pas de solution de reprise solide à ce jour pour l'entreprise Steva, à Bessines-sur-Gartempe. Mais les 114 salariés relâchent un peu la pression, car ils reçoivent de nombreux soutiens, notamment de la part des élus et de l'administration. Soutien par exemple de la députée LREM de la 3ème circonscription de la Haute-Vienne. Marie-Ange Magne répondait à 8h15 aux 3 questions de Jérôme Edant sur ce dossier. 

Publicité
Logo France Bleu

Où est la solution pour Steva ? 

La solution, c'est un travail collectif. J'ai rencontré mardi dernier la délégation "restructurations d'entreprises" à Bercy. Et nous avons commencé à travailler sur le volet immobilier, qui est peut-être l'une des clés pour trouver un repreneur potentiel. 

C'est le point noir, qui freine beaucoup de candidats : le loyer trop cher. Que peut-on envisager avec les propriétaires des locaux (qui ne sont pas les dirigeants de l'usine) ? 

On a déjà souligné que ce loyer est trop élevé : environ 25.000 euros par mois, c'est un gros frein. Le repreneur qui a visité l'entreprise la semaine dernière, l'a bien noté ! Donc Bercy a rencontré le propriétaire mercredi dernier au ministère de l'Economie et ça fait partie des discussions en cours. 

Quelles pistes peut-on avoir pour trouver un repreneur ? 

Il y a quand même le carnet d'adresses de la région Nouvelle-Aquitaine, qui est important, et sur lequel se base le PDG actuel de l'entreprise. Bercy peut aussi faire l'interface avec d'autres sociétés. 

"Il ne s'agit pas de mettre un sparadrap en espérant que ça tienne... 

Steva, c'est une longue histoire : ça a été Wagon, Sonas, Altia... des enseignes qui ont périclité, avec à chaque fois un "écrémage" chez les salariés. Vous comprenez leur désarroi, surtout après l'histoire GM&S ? 

Je comprends tout à fait, et j'y suis très sensible. La situation est très difficile à vivre pour les salariés, d'autant qu'il y a cette impression de déjà-vu. Moi, je veux leur dire que je suis à leurs côtés. J'ai visité le site, j'ai vu le degré de technicité, les compétences des salariés de Steva, et il n'y a aucune remise en cause de leurs compétences. Le travail que l'on mène avec Bercy n'a pas pour objectif de faire du bricolage, mettre un sparadrap en espérant que ça tienne, mais vraiment de créer les conditions pour que l'entreprise soit pérennisée et développe ses projets. 

Il lui faut un vrai projet industriel... 

Bien sûr, mais comparé à GM&S, Steva est bien plus diversifiée, en terme de clients et de secteurs d'activité. C'est quelque-chose qu'il faut faire valoir auprès des repreneurs potentiels. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu