Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

ST Microelectronics : plus forte hausse en bourse en 2019, la CFDT réclame des embauches

-
Par , France Bleu Isère

ST Microelectronics est la plus forte hausse de la bourse de Paris pour 2019 : +92%. L'entreprise franco-italienne qui emploie 6000 salariés en Isère termine l'année à 23,97 euros. ST Microelectronics emploie 45.000 personnes dans le monde fait mieux que LVMH et Airbus.

STMicroelectronics, premier à la bourse de Paris
STMicroelectronics, premier à la bourse de Paris -

ST Microelectronics comme Schneider Electric (+55%)  et Dassault Systèmes (+42%)  ont en commun d’avoir fortement misé sur l’innovation.

Évidemment, cette hausse sur un an est très spectaculaire, mais ST retrouve le cours qu'elle avait déjà atteint, il y a 18 mois. Entre juin et Noël 2018, l'action ST s'était effondrée à 11 euros. À l'époque, les investisseurs redoutaient une récession : entre la guerre commerciale sino-américaine et l’approche du Brexit, l'avenir n'était pas brillant. Mais la banque centrale américaine a relancé la planches à billets et baissé fortement les taux d'intérêt et dans un monde où l'économie américaine donne le "la", cela a produit une impulsion sur les valeurs technologiques. Et à son échelle, ST Microelectronics, qui travaille notamment avec Apple, en a profité.

Si la valeur est très bien remontée au cours de 2019, cela est dû aux choix faits par l'entreprise et surtout au contexte économique international. La valeur en bourse, ce n'est pas toujours le reflet de l'activité économique, mais cela reflète les espoirs des investisseurs dans l'avenir. Des investisseurs qui recherchent des valeurs capables de générer de la croissance quel que soit le climat économique.  

À Wall Street, ce sont les GAFA, et notamment Apple avec lequel travaille ST Micro et puis depuis 3 ans, l'entreprise franco-italienne s'est recentrée sur les composants pour l'automobile du futur et les objets connectés : capteurs d'images, processeurs... L'arrivée de la 5G lui ouvre un marché gigantesque. 

Tout comme l'entreprise franco-italienne, grâce à son implantation en Europe, profite depuis trois mois des négociations entre la Chine et les Etats-Unis pour sortir de leur guerre commerciale. Et puis il y a bien sûr, le mérite de l'entreprise elle même qui a su se repositionner, sur l'industrie du futur depuis trois ans : voitures autonomes, objets connectés. Le tout étant boosté par l'arrivée de la 5G, un peu partout sur la planète. Tout cela fait que ST Microelectronics retrouve la valeur à la bourse de Paris qu'elle avait atteint, il y a un an et demi, en juin 2018.

Ce record est diversement commenté en Isère, à Grenoble et à Crolles où ST Micro emploie respectivement 2.000 et 4.000 salariés.

La CFDT demande des embauches de "matière grise"

Au nom de la CFDT, Eric Potard, délégué syndical central, estime que le cours de l'action "est plutôt une bonne chose, mais les salariés n'ont pas vu le fruit de cette augmentation. La politique salariale reste inchangée depuis des années. L'entreprise a fait de très gros bénéfices, poursuit-il. C'était déjà le cas, l'an dernier. La direction était restée sur 2% d'augmentation des salaires".

Et puis, Eric Potard, réclame des recrutements de personnel et des investissements : "si l'entreprise embauche, c'est fort probable qu'elle gagne des parts de marché et qu'elle gagne plus d'argent". 

Le site STMicroelectronics de Grenoble - Radio France
Le site STMicroelectronics de Grenoble © Radio France - Xavier Demagny
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu