Économie – Social

Strasbourg : la première maison de services au public en ville ouvre au Neuhof

Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mardi 14 novembre 2017 à 19:00

Des jeunes en service-civique accueilleront les visiteurs dans cette maison de services au public.
Des jeunes en service-civique accueilleront les visiteurs dans cette maison de services au public. © Radio France - Maxime Nauche

La poste, la sécu, la CAF et pôle emploi au même endroit. C'est ce qu'on appelle une maison de services au public. Ça existait déjà à la campagne. Pour la première fois dans le Grand Est, ça arrive en ville, au Neuhof à Strasbourg. Un quartier privé de services publics depuis des années.

Cela faisait des années que les habitants du Neuhof devaient aller dans le centre de Strasbourg pour leurs démarches administratives. Ce n'est plus le cas depuis mardi avec l'ouverture de cette maison de services au public. Le même jour Emmanuel Macron a annoncé vouloir remettre les services publics au cœur des zones enclavées, et pas uniquement à la campagne.

Une bouffée d'oxygène pour le quartier

Cette nouvelle structure a vu le jour dans les locaux de la poste Strasbourg Lizé. Entre deux et trois jeunes en services civiques accueilleront les visiteurs pour les aider dans leurs démarches au près de la CAF, la sécurité sociale ou encore pôle emploi. C'était une nécessité pour Chaker Mabrouk qui travaille dans ce bureau de poste : "Tous les jours je vois des gens qui se plaignent qu'il n'y a plus aucun service dans le quartier. Donc cette nouvelle structure devrait très bien fonctionner." La maison de services au public sera ouverte aux mêmes horaires que la poste.

Dans le quartier aussi la nouvelle est bien accueillie. "Quand je dois aller à la sécu, ça m'évitera d'aller dans le centre," se réjouit Fabian, avant que son ami Mohamed ne renchérisse : "Et ça évitera de payer le tram ! Ça va dépanner beaucoup de monde." Surtout que la fermeture de la CAF du Neuhof fin 2014 avait vraiment été mal reçue par la population.

C'était devenu un poids pour nous.

Depuis toutes ces années, ce sont les associations qui assurent les services publics. Même si c'est loin d'être leur vocation première. L'Agate, par exemple, est une association culturelle. Son président Sylvain Girolt se souvient : "On a toujours un peu aidé les gens avec les problèmes administratifs, mais depuis la fermeture de la CAF c'est vraiment devenu un poids pour nous." Une charge pour les associations que cette nouvelle maison de services au public du 3 rue de Hautefort devrait aider à soulager. En Alsace, il existe douze structures similaires, mais toutes en milieu rural.