Économie – Social

Strasbourg : que reste-t-il de l'abbé Pierre chez les jeunes ?

Par Olivia Cohen, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu samedi 21 janvier 2017 à 17:00

Les jeunes font le lien entre l'abbé Pierre et Emmaüs, ils sont plus évasifs sur l'appel de février 54
Les jeunes font le lien entre l'abbé Pierre et Emmaüs, ils sont plus évasifs sur l'appel de février 54 © Radio France - Olivia Cohen

Il y a 10 ans jour pour jour ce dimanche, l'abbé Pierre, à l'origine de l'appel du 1er février 1954 visant à mettre à l'abri les SDF, s'éteignait à l'âge de 94 ans. Fondateur des compagnons d'Emmaüs, il a consacré sa vie aux plus démunis. Que reste-t-il de son combat chez les jeunes ?

Il y a 10 ans, le 22 janvier 2007, disparaissait l'abbé Pierre, fondateur des compagnon d'Emmaüs. Ce dimanche, de nombreuses manifestations pour honorer sa mémoire ont lieu à travers toute la France. De son vrai nom Henri Grouès, le prêtre le plus célèbre de France s'est éteint à 94 ans.

Cet ancien résistant est entré dans l'histoire lors de son fameux appel du 1er février 1954, un appel à ouvrir des centres d'hébergement en urgence pour les sans-abri (le texte de l'appel ici), alors que sévissait un hiver rigoureux comme le nôtre aujourd'hui. Il a ensuite consacré sa vie aux plus démunis.

"L'Abbé Pierre, ça me dit quelque chose..."

Quand on interroge la jeune génération, les réponses sont hésitantes mais justes :

Oui, ça me parle... Il a une fondation... C'est Emmaüs non ?

C'est quelqu'un qui crée des logements ? C'est pas un religieux ou un truc de ce genre ? Ah ça date de 54 ? Je pensais que ça remontait à 1920...

L'abbé Pierre ou "Castor méditatif" (son surnom chez les scouts) n'est pas qu'un revendeur de meubles. A ce moment-là, ça fait tilt dans l'esprit de Jade, 13 ans, ce nom a été prononcé en cours de culture religieuse :

Il s'engageait pour les pauvres, il leur construisait et leur proposait des abris, par contre je ne peux pas vous dire à quoi il ressemble...

Oubliés, les inamovibles béret, bâton de pélerin et robe de bure : si on veut en retrouver la trace, il faut se tourner vers nos aînés. Pour Michel, 73 ans, c'est sûr, il y a eu un avant et un après Abbé Pierre :

C'est un grand personnage, qui a participé à l'évolution du principe de solidarité. Aujourd'hui, nous sommes plus sensibilisés, on ne tolère plus la même misère qu'à l'époque. Globalement, la situation des gens, même celle des plus mal lotis, on peut dire qu'elle s'est améliorée !

Aujourd'hui, la Fondation Abbé Pierre et le réseau Emmaüs perpétuent son combat. Alors qu'une nouvelle vague de froid sévit comme en 1954, la situation n'est pas bonne : 50% de SDF en plus entre 2001 et 2012 et près de 4 millions de mal logés (selon la Fondation Abbé Pierre). Actuellement, 19.000 personnes animent le mouvement Emmaüs et 283 associations en sont adhérentes.