Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sucrerie de Cagny: 300 personnes rassemblées devant les portes de l'usine ce vendredi 22 février 2019

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

A l'appel du syndicat des betteraviers 300 personnes se sont rassemblées devant les portes de la sucrerie de Cagny ce vendredi pour protester contre la fermeture de l'usine. Une majorité de salariés et betteraviers en gilets orange mais aussi des élus venus manifester leur soutien.

Salariés et betteraviers ont enfilé leur gilet orange pour le rassemblement. En tout 300 personnes étaient présentes devant les portes de l'usine.
Salariés et betteraviers ont enfilé leur gilet orange pour le rassemblement. En tout 300 personnes étaient présentes devant les portes de l'usine. © Radio France - Marianne Yotis

Une semaine après l'annonce de la restructuration qui supprimera la quasi totalité des postes de l'entreprise, salariés et agriculteurs n'ont toujours pas eu de contact avec les dirigeants. La colère gronde face à une décision qui paraît incompréhensible aux yeux de ceux qui ont parfois travaillé une bonne partie de leur vie dans le secteur et qui voient leur activité menacée. 

Sauver la production de sucre dans le Calvados

Les prises de paroles se succèdent sur la petite estrade improvisée. Le message est clair: pas question de laisser fermer l'usine sans réagir. 

"L'idée c'est de montrer aux dirigeants de Südzucker et à nos politiques que nous sommes déterminés à trouver une solution à ce projet. Nous allons leur demander de revenir sur cette décision unilatérale pour laquelle nous n'avons pas du tout été concertés. Notre bassin de production est performant et compétitif et nous voulons continuer à produire de la betterave", affirme Patrick Dechaufour président du syndicat des betteraviers du Calvados, de l'Orne et de la Sarthe.  

 Patrick Dechaufour, président du syndicat des betteraviers dans le Calvados, l'Orne et la Sarthe "exige du groupe Südzucker qu'il s'explique sur cette décision et qu'il accepte des négociations".
Patrick Dechaufour, président du syndicat des betteraviers dans le Calvados, l'Orne et la Sarthe "exige du groupe Südzucker qu'il s'explique sur cette décision et qu'il accepte des négociations". © Radio France - Marianne Yotis

Si le groupe allemand ne souhaite pas continuer l'entreprise, les différents acteurs veulent pouvoir négocier pour faire une offre de rachat avec des partenaires (non précisés pour le moment) et des planteurs afin que la culture de betteraves dure. 

Des propositions qui rendent Thierry Letouzé, betteravier à Mézidon (Calvados)  optimiste "Si la mobilisation est là on peut arriver à faire une reprise. Peut-être sous forme de coopérative où ce serait les planteurs qui rachèteraient la plantation mais avec des aides de la région. Après il existe des possibilités juridiques pour reprendre la production.".

Les agriculteurs sont venus en nombre avec leurs tracteurs. Un spectacle inhabituel pour cette commune de 1600 habitants.
Les agriculteurs sont venus en nombre avec leurs tracteurs. Un spectacle inhabituel pour cette commune de 1600 habitants. © Radio France - Marianne Yotis

Sébastien Acker conducteur chaufferie dans l'usine depuis 5 ans aimerait bien s'accrocher à cet espoir. Habitant de Cagny, il connaît l'usine depuis tout petit et l'annonce de sa fermeture a été un choc"Je souhaiterais que ça puisse se réaliser et que cette usine puisse perdurer. Je participerai s'il le faut et je pense que c'est l'avenir de tout le monde donc tout le monde sera capable de se mobiliser et s'il faut mettre la main à la pâte tout le monde le fera". 

Mais pour envisager cette solution il faudrait que le groupe accepte de vendre le site, ce qui pour le moment n'est pas envisagé. Les producteurs et salariés appellent donc les élus à faire pression pour obtenir gain de cause. 

De nombreuses manifestations de soutien dans la région

Une vingtaine d'élus étaient présents au rassemblement. Les explications, ils comptent bien les exiger aux dirigeants eux-même s'il le faut. "ça rime à quoi tout ça? On a un savoir faire et un outil de production excellent avec des investissements qui sont faits donc il n'y a aucune raison qu'on ferme cette usine sans qu'on ait des explications. C'est pourquoi il faut aller les chercher là ou elles sont à savoir en Allemagne pour s'asseoir autour d'une table et discuter franchement" martèle Edith Heuzé élue départementale du Calvados.

Des élus venus manifester leur soutien et leur mécontentement face à la décision de restructuration de l'usine.
Des élus venus manifester leur soutien et leur mécontentement face à la décision de restructuration de l'usine. © Radio France - Marianne Yotis

Dans la commune de Cagny, c'est aussi l'incompréhension chez les habitants et les commerçants. Si certains habitants n'apprécient pas l'odeur dégagée par le site, pour d'autres la sucrerie fait partie du décors.

"C'est une référence pour la ville quand on se promène on passe devant, et puis les odeurs ça va nous manquer aussi. C'est une décision qui va engendrer beaucoup de misère aussi donc s'il y a une action il faut participer" raconte Myriam Hervieux qui vit à proximité. 

De leurs côté, les syndicats de l'entreprise comptent bien organiser de nombreux rassemblements pour que la mobilisation ne s’essouffle pas. Lundi 25 février à 15h, une assemblée générale aura lieu dans le foyer rural de Cagny. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess