Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Suppression d'effectifs : des agents de l'hôpital de Mont-de-Marsan sensibilisent les usagers

-
Par , France Bleu Gascogne

Des agents de l'hôpital de Mont-de-Marsan sont allés à la rencontre du public pour alerter sur les risques de suppressions d'effectifs. Ils craignent une vingtaine de postes en moins en 2020 à l'hôpital.

Des agents de l'hôpital manifestent au marché Saint Roch de Mont-de-Marsan
Des agents de l'hôpital manifestent au marché Saint Roch de Mont-de-Marsan © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

Mont-de-Marsan, France

Pour protester contre un projet de suppression de postes à l'hôpital de Mont-de-Marsan, des agents ont manifesté ce mardi, à l'appel de 3 syndicats - CGT, CFDT et UNSA.  Une trentaine de soignants ont distribué des tracts dans la matinée au marché Saint Roch de Mont-de-Marsan, avant de se retrouver l'après-midi devant l'hôpital. 

"Il faut sensibiliser l'opinion publique sur ce que va devenir le soin dans l'hôpital public avec des suppressions de poste. On passe tous par la case hôpital public, de la naissance jusqu'au décès parfois" explique Nicolas Bordes, l'un des représentants de la CGT. Selon les syndicats une vingtaine de poste sont menacés à l'horizon 2020. "Supprimer des postes, c'est dégrader la qualité du soin et dégrader la santé physique et psychique des agents" dénonce Nicolas Bordes. 

Des conséquences sur les usagers

Mais les suppressions d'effectifs ont aussi des conséquences pour les usagers, selon la CGT. "Quand il n'y a que deux agents la nuit [dans un service], comment on priorise le soin ? Est-ce qu'on va d'abord aller voir la personne qui est en souffrance ? Ou est-ce qu'on va d'abord voir la personne qui veut le bassin pour aller aux toilettes ?" demande Sophie Dudous, de la CGT. 

Les syndicats souhaitent désormais rencontrer le maire de Mont-de-Marsan, Charles Dayot, pour l'alerter sur la situation. 

Quant à la direction de l'hôpital de Mont-de-Marsan, elle n'a pas répondu ce mardi aux questions de France Bleu Gascogne portant sur le nombre d'emplois qu'elle compte supprimer et à quelle échéance.

Choix de la station

France Bleu