Économie – Social

Suppressions d'emplois chez Neuhauser à Folschviller : "Aux côtés des salariés pour me battre" - Gabriel Müller, maire

Par Ulysse Khalife, France Bleu Lorraine Nord mardi 24 janvier 2017 à 9:08

Le siège de Neuhauser à Folschviller.
Le siège de Neuhauser à Folschviller. © Radio France - Ulysse Khalife

259 postes vont être supprimés sur les trois sites que compte l'entreprise de boulangerie industrielle à Folschviller. Alors que les syndicats appellent à la grève ce mardi après-midi, le maire de Folschviller a exprimé son soutien aux employés de Neuhauser ce matin sur France Bleu Lorraine.

La nouvelle est tombée la semaine dernière : sur les 650 personnes employées par Neuhauser à Folschviller, 259 risquent de finir sur le carreau. Le maire de la commune regrette la manière dont il a appris la nouvelle : "Je l'ai vu sur un article du Républicain Lorrain, une page internet qui signalait la fermeture pure et simple de l'unité "Village", le berceau historique de Neuhauser à Folschviller". La nouvelle, bien sûr, ne devrait pas faire du bien au taux de chômage, qui s'élève à 13% dans cette ville de Moselle-Est, "sans oublier notre cité, qui fait partie du contrat ville, où le chômage des jeunes s'élève à 17%", commente Gabriel Müller.

Déjà 13% de chômage à Folschviller

Une manière de rappeler que les emplois impactés sont des CDI, mais que les CDD et intérimaires seront aussi pénalisés. Folschviller est le berceau historique de Neuhauser, l'entreprise y existe depuis 1906. Aujourd'hui, son maire tient à rappeler son soutien aux salariés :

Je suis à leur côté, on va essayer de se battre. Les restructurations sont normales dans la mesure où la production n'est pas au rendez-vous tant en qualité qu'en quantité ; là, c'est essentiellement dû à un outil obsolète du village"

Gabriel Müller, maire de Folschviller

Dans la lettre que Gabriel Müller a écrit au groupe Soufflet, l'actionnaire majoritaire de Neuhauser, il a demandé si une restructuration était possible avec d'autres options que de simples suppressions de postes : "Il faut voir quels investissements sont possibles. Sur les trois sites de Folschviller, il n'y a guère que Furst 2 qui dispose d'un outil moderne et fonctionne bien".

La direction de Neuhauser justifie ces suppressions d'emploi par un marché en pleine évolution, marqué par la concurrence des pays limitrophes. En France, on parle de 370 postes en moins sur les 2100 que compte le groupe de Boulangerie. La direction dément en revanche des reclassements à l'étranger : les 201 reclassements internes devraient tous se faire en France, où Neuhauser compte 78 sites différents. Les négociations avec les syndicats pourraient durer 4 mois.

L'été dernier, au mois de juillet, Folschviller avait déjà pris un coup sur la tête : une autre entreprise, Lotz Frères, avait été placée en liquidation judiciaire, laissant une trentaine de salariés sur le carreau.

Gabriel Müller, maire de Folschviller, invité de France Bleu Lorraine.