Économie – Social

Suppressions de postes chez ST Microelectronics : "On s'y attendait depuis longtemps" disent les salariés à Grenoble

Par Xavier Demagny, France Bleu Isère et France Bleu mercredi 27 janvier 2016 à 20:21

Le site de ST Microelectronics à Grenoble.
Le site de ST Microelectronics à Grenoble. © Radio France - Xavier Demagny

ST Microélectronics a donc décider de serrer le robinet, et c'est sa branche "décodeurs numériques" qui en fait les frais. En Isère, les 800 personnes sur ce secteur seront concernées soit par le redéploiement des postes, soit par le plan de départ volontaire.

La multinationale des nano-technologies franco-italienne ST Microélectronics est elle aussi touchée par la crise. Et elle a annoncé ce mercredi la suppression de 1400 emplois, dont 430 en France, par le biais d'un plan de départs volontaires, le tout dans la branche innovante des décodeurs numériques. 

800 personnes travaillent dans ce secteur en Isère, principalement sur le site de Grenoble. Et c'est un véritable couperet qui tombe sur cette activité : une partie de ces postes est donc supprimée, le reste des moyens seront en partie redéployés assure la direction.

"Surpris ? Non. On attend de voir la suite, maintenant" - Pierre, développeur concerné par les annonces de la direction

Tout le monde s'y attendait mais personne ne savait vraiment quand ça aller tomber. Finalement, la direction a donc expliqué son plan : départ volontaire pour 430 personnes en France - 150 dès 2016 - et le redéploiement de 600 autres salariés.

Ce n'est pas surprenant pour Pierre, développeur chez ST à Grenoble. Il est concerné par ces changements : "Surpris ? Non. On attend de voir la suite, maintenant, comment les gens vont être dispatchés. Et puis surtout quelles stratégies. Arrêter l'activité qui était la plus à la pointe en terme de recherche et développement sur les technologies, ça nous fait nous poser des questions" soupire-t-il.  

Un manque de stratégie

"On était un peu dans le flou, continue Marc, un autre salarié Grenoblois, mais on s'attendait à des décisions douloureuses. Là, une partie des choses se clarifie donc on en saura un peu plus sur les modalités du départ volontaire.

Aujourd'hui, la direction du groupe justifie cet arrêt pour renforcer des activités plus performantes et rentables. "C'est une bonne chose de renforcer des activités, car ST était présent sur beaucoup d'activités différentes donc il était impossible de tout faire avec les effectifs qu'on avait, mais par contre, pour la suite, il s'agit d'en trouver d'autres. Il faut que ça se traduise par des décisions et des lancements de nouveaux projets" continue Marc, rencontré à la sortie du site sur la Presqu'île de Grenoble.  

ECOUTER | Marc, un salarié grenoblois de ST au micro de France Bleu Isère.

En tout, ils sont 800 sur ce secteur des décodeurs numériques en Isère. Et arrêter cette activité innovante, c'est également un véritable manque de stratégie selon Dominique Savignon, secrétaire CGT du comité d'entreprise à Grenoble : "La stratégie de la direction c'est les rendements à court terme de l'action, les revenus des dividendes, et les résultats trimestriels. Mais ce n'est pas une stratégie qui va porter l'entreprise pendant des années. A force d'arrêter des activités, à la fin, on ne fait plus rien."

Ces même syndicats espèrent un changement à la tête de l'entreprise. Selon eux, ils pourraient intervenir dans les prochaines semaines.

Réactions d'élus locaux 

Le président de Grenoble Alpes Metropole a réagi ce mercredi à l'annonce de la suppression de ces emplois. Christophe Ferrari estime qu'il s'agit d'un réel "séisme" et qu'il faut désormais une stratégie "claire" et "à long terme" pour ST. Quant au président du Conseil départemental, Jean Pierre Barbier, il se satisfait qu'aucune suppression de poste ne soient pas des licenciement secs.

En Isère, ST Micro emploie plus de 6000 personnes, sur les sites de Grenoble et de Crolles... 800 personnes dans la branche des "décodeurs numériques". 

> LIRE AUSSI | STMicroelectronics annonce la suppression de 1.400 emplois, dont 430 en France

ECOUTER | Le reportage de Xavier Demagny à la sortie du site grenoblois.

L'entreprise STMicroélectronics est implantée à Grenoble et à Crolles en Isère. - Aucun(e)
L'entreprise STMicroélectronics est implantée à Grenoble et à Crolles en Isère.

Partager sur :