Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sur le campus de Dijon, on se mobilise pour ne pas laisser les étudiants sans rien à manger

-
Par , France Bleu Bourgogne

On peut être inscrit à la fac et avoir un frigo vide. La situation est malheureusement de plus en plus fréquente. Avec la crise sanitaire et économique les étudiants sont de plus en plus nombreux a recourir à des aides alimentaires.

Sara Tamizet, présidente d'Epi Campus devant un panier de repas pour la semaine
Sara Tamizet, présidente d'Epi Campus devant un panier de repas pour la semaine © Radio France - Olivier Estran

"Prends un sac et choisis ce que tu veux.  Il y a ici des brioches pour le petit déjeuner, là-bas des produits d'hygiène et des boites de conserve." La distribution vient de commencer et déjà on fait la queue dans les couloirs de la fac de Dijon. En une après-midi, le syndicat UNI distribue 300 sacs de nourriture. "On a pu récupérer tous ces produits auprès d'une grande surface Carrefour" précise Gauthier Maimbourg le président de l'UNI ."On s'est aperçu que beaucoup d’étudiants ont perdu leurs petits boulots, leurs stages rémunérés, ils ne sont pas boursiers, pas inscrits au CROUS (les œuvres sociales universitaires, ndlr) mais pour autant ils n'arrivent pas à joindre les deux bouts, alors on a organisé cette distribution qui est ouverte à tous sur présentation de la carte d’étudiant."

Julie est justement venue en profiter. Cette étudiante en Droit donne des cours particulier pour les enfants pour financer ses études "Habituellement, je peux compter sur 200 euros par mois, mais là avec les vacances scolaires, mes revenus sont tombés à 50 euros, c'est ce qui me reste pour me nourrir. Du coup, je cuisine beaucoup de pâtes, riz, j’achète des légumes et je me fais des soupes, car c'est moins cher."

Le syndicat UNI a distribué 300 colis de nourriture en une après-midi
Le syndicat UNI a distribué 300 colis de nourriture en une après-midi © Radio France - Olivier Estran

Trois distributions par semaine 

A la Maison de l'étudiant; l'association Epi Campus a transformé son bureau en véritable épicerie. Des cartons sont posés du sol au plafond "Ce sont des dons de la Banque Alimentaire, mais aussi d'autres partenaires comme le magasin "Au gramme près" à Dijon" explique Sara Tamizet, la présidente de cette association "Nous accompagnons 500 étudiants qui nous sont envoyés par le Crous, mais nous avons bien conscience que la crise touche tout le monde, alors on accepte ceux qui nous font une déclaration sur l'honneur nous expliquant qu'ils se retrouvent sans ressources. On fait trois distributions de colis-repas par semaine. Dans chaque panier, on met de quoi tenir une semaine: des conserves, mais aussi de fruits et des légumes. Nous avons aussi des produits d'hygiène, notamment pour les femmes, car tout cela est indispensable et coûte cher. D'ailleurs si on veut nous aider, on accepte aussi les dons des particuliers. On peut nous déposer des colis ici à la maison de l'étudiant" précise la jeune femme. 

Les locaux d'Epi Campus sont devenus une épicerie solidaire
Les locaux d'Epi Campus sont devenus une épicerie solidaire © Radio France - Olivier Estran

"Avoir un sac de courses, c'est comme un cadeau de Noël"

Donner quelques boites de conserves, un paquet de gâteaux ou un paquet de pâtes, c'est justement ce nous propose l'association "Actions Solidaires  Internationales". Chaque semaine, elle mène des collectes à la porte de grandes surfaces de l'agglomération dijonnaise comme ici à "O Market" à Chenôve. "On sait que la précarité va très vite" explique Mohamed Manhé, le vice-président de l'association "perdre un petit boulot, perdre un stage rend le quotidien difficile. On le voit quand on distribue nos colis alimentaires avec le Crous, apporter un sac de courses, c'est reçu comme un cadeau de Noël !"

"On assiste les étudiants à qui il reste 30 euros ou moins par mois pour se nourrir" assure Anne-Cécile Pouzin, la secrétaire générale de cette association "On distribue 30 à 50 sacs par semaine, et chaque fois il y a deux à trois nouvelles personnes à inscrire."

Chaque semaine, une collecte devant un supermarché
Chaque semaine, une collecte devant un supermarché © Radio France - Olivier Estran

Le département promet aux associations 50 euros pour chaque étudiant aidé

La situation inquiète le Crous. Depuis le 25 janvier, cet organisme qui gère les restaurants universitaires a baissé ses tarifs. Tous les étudiants qui sont sur le campus peuvent avoir un repas chaud pour un euro midi et soir.

"En région Bourgogne-Franche-Comté, 685 étudiants ont été accompagnés et orientés par le service social vers associations caritatives et épiceries sociales et solidaires, dont certaines subventionnées par le Crous (comme la FEBIA), 439 de ces étudiants sont de l'académie de Dijon. Le service social du Crous verse également des aides spécifiques ponctuelles en faveur de l'aide alimentaire. En Bourgogne Franche-Comté, 549 étudiants ont bénéficié de ces aides pour un montant total de 106 638 euros, dont 159 dans l'académie de Dijon, soit 29 384 euros" précise le CROUS.

Le président du département de la Côte-d'Or promet lui  de verser 50 euros pour chaque étudiant  pris en charge par les associations qui leur fournissent nourriture et produits de première nécessité. François Sauvadet fait cette annonce sur son compte  Twitter.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Ma solution
Ma solution © Radio France

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess