Économie – Social

Syndicats : ce qu'en pensent les Bordelais

France Bleu Gironde jeudi 30 avril 2015 à 11:32 Mis à jour le jeudi 30 avril 2015 à 14:00

Plus de deux tiers des Français disent ne se sentir proches d'aucun syndicat
Plus de deux tiers des Français disent ne se sentir proches d'aucun syndicat © Radio France

Moins d'un Français sur deux (45%) juge les syndicats utiles et moins d'un sur trois (31%) pense qu'ils sont représentatifs des salariés, selon un baromètre publié ce jeudi, à la veille du 1er-Mai. Nous sommes allés demandé aux Bordelais ce qu'ils en pensaient.

Deux millions de Français sont syndiqués aujourd'hui contre cinq millions dans les années 1950.

Selon ce sondage réalisé jeu pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business, 54 % des personnes interrogées estiment que les syndicats ne jouent pas un "rôle utile".   

Les salariés du public sont plus nombreux (57%) à les juger utiles que les salariés du privé (48%). Et si une majorité de cadres (52%) croient en leur utilité, 52% des catégories populaires pensent le contraire. Les plus de 65 ans ne sont plus que 37% à reconnaître l'utilité des syndicats. 

"Ils bloquent l'entreprise, ils sont contre le patronat en permanence sans apporter de solutions concrètes." — Aurélie, agent immobilier à Bordeaux

Les Français leur font toutefois majoritairement confiance pour défendre les intérêts des salariés (56%). Seuls 31% des personnes interrogées considèrent que les syndicats sont représentatifs des salariés, 68% pensent le contraire. Ce nombre monte à 72% chez les inactifs, à 76% chez les plus de 65 ans. 

"J'ai eu un conflit avec mon employeur il y a deux ans. Je me suis syndiqué, heureusement qu'ils étaient là pour défendre mes droits." — Ali, employé dans le gardiennage

Plus de deux tiers des Français (67%) disent aussi ne se sentir proches d'aucun syndicat . Ce sentiment concerne 73% des 25-34 ans, 71% des catégories populaires et 69% des salariés du privé. Quand ils se sentent proches d'une organisation syndicale, 9% citent la CFDT, 8% la CGT, 6% Force ouvrière et 4% la CFTC. Solidaires, l'Unsa et la CFE-CGC ne sont citées chacune que par 2% des Français. 

"Parfois, on est déçus que certains soient syndiqués pour eux-mêmes et non pour une cause collective plus juste." — Corinne, employée de banque à Bordeaux

À LIRE AUSSILe syndicalisme en perte de vitesse

"Ils défendent nos droits mais parfois on se demande si certains ne sont pas syndiqués que pour eux-mêmes"