Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement de grève contre la réforme des retraites

Syndicats, gouvernement : quels sont les enjeux de cette grève du 5 décembre contre la réforme des retraites ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'exécutif espère éviter un jeudi noir, ce 5 décembre, et s'active pour éviter que la protestation contre la réforme des retraites ne se développe en crise sociale d'ampleur. Les syndicats, de leur côté, espèrent reprendre la main après des années de marginalisation. Le point sur les enjeux.

Syndicats et gouvernement jouent gros autour de cette réforme emblématique du quinquennat Macron.
Syndicats et gouvernement jouent gros autour de cette réforme emblématique du quinquennat Macron. © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Dans de très nombreux secteurs - à commencer par celui des transports-, cette journée du 5 décembre est synonyme de mobilisation contre la réforme des retraites. L'ampleur du mouvement va déterminer qui, du gouvernement ou des syndicats, arrive en position de force alors que les modalités de cette réforme (contenu et calendrier) doivent être annoncées mi-décembre. Quels sont les enjeux de cette journée ?

Les syndicats jouent gros

Code du travail, assurance-chômage, SNCF : impuissants à peser sur les réformes ces dernières années, les syndicats ont vu surgir le mouvement des "gilets jaunes" à l'automne dernier, qui a réussi à faire plier le gouvernement, notamment sur la hausse des taxes sur le carburant. À l'origine de cette grève du 5 décembre, les syndicats parviendront-ils cette fois à prendre la main ?

"C'est peut-être une des dernières grandes occasions pour les organisations syndicales de faire valoir leur importance dans la société française", analyse Stéphane Sirot, historien des mouvements sociaux. D'autant que depuis 25 ans, "la plupart des grands mouvements sociaux se sont presque tous déroulés autour de la question des retraites", rappelle-t-il. La réforme, annoncée par Emmanuel Macron durant sa campagne et notée dans l'agenda des syndicats, a la particularité de toucher à un thème universel. "On pourrait très bien voir se réactiver ce qu'on appelait en 1995 le sentiment de grève par procuration" pour le compte des salariés du privé, explique Stéphane Sirot.

La plupart des grands mouvements sociaux se sont [...] déroulés autour de la question des retraites - Stéphane Sirot

Avec 245 rassemblements et manifestations déclarés à travers la France, le mouvement s'annonce en tout cas suivi pour le 5 décembre. De fortes perturbations sont prévues à la SNCF, avec 90% des TGV et 80% des TER annulés. Une intersyndicale (CGT, FO, la FSU, Solidaires, Unef, Fidl, MNL et UNL) est programmée vendredi pour envisager la suite.

En cas d'échec, "cela aura des conséquences problématiques pour la société en général", conclut-il, car cela pourra signifier qu'on "se dirige encore un peu plus vers une forme de société où entre le politique et le citoyen il n'y aurait plus que comme régulateur social des mouvements de type 'gilets jaunes'"

Accélération du calendrier gouvernemental pour éviter l'embrasement

Le gouvernement, qui a pour le moment laissé planer le flou sur les modalités précises de sa réforme, souhaite de son côté éviter un embrasement général de la situation. Le contexte social est en effet tendu avec une accumulation de mobilisations : des urgences puis des hôpitaux, des étudiants, des policiers, des sapeurs-pompiers, des enseignants, des agriculteurs. Sans compter les "gilets jaunes", qui pour fêter leur premier anniversaire aimeraient voir leur mouvement reprendre du poil de la bête le samedi 7 décembre, soit deux jours après le début de la grève.

Le haut-commissaire aux Retraites Jean-Paul Delevoye a multiplié les rencontres avec les partenaires sociaux ces derniers jours. Pendant ce temps-là, l'Élysée a préparé le gouvernement et la majorité au bras-de-fer. Édouard Philippe a convoqué vendredi des ministres-clés pour organiser les services d'urgence en cas de blocage du pays. Agnès Buzyn (Santé), Christophe Castaner (Intérieur), Muriel Pénicaud (Travail), Gérald Darmanin (Budget), Elisabeth Borne et Jean-Baptiste Djebbari (Transports) étaient notamment présents. Un séminaire gouvernemental a suivi dimanche à Matignon, durant lequel l'exécutif a ostensiblement affiché sa décontraction.

Si ça passe, ça créditera notre bilan réformateur

Dans ce contexte explosif, la majorité a cherché à "apaiser", après avoir dénoncé ceux qui se mobilisent pour "la défense de leurs acquis". Pour tenter de répondre à l'anxiété grandissante des Français sur son projet, elle a décidé d'accélérer le calendrier. Il est désormais prévu que la concertation sur la réforme s'achèvera "le 9 ou le 10 décembre" et que le projet de loi sera présenté "dans les jours qui suivront", pour une présentation au Parlement début 2020.

L'enjeu est de taille pour Emmanuel Macron, car un recul sur la réforme pourrait miner sa fin de quinquennat. Ce dernier a déjà d'ores et déjà prévenu que la réforme, présentée comme "emblématique", irait à son terme. "Si ça passe, ça créditera notre bilan réformateur pour 2022", date de la présidentielle, souligne un membre de la majorité. "Après, la droite pourra se lever tôt pour nous donner des leçons", ajoute-t-il. Pour l'expert Bruno Cautrès, "l'enjeu crucial pour Emmanuel Macron est de continuer à apparaître comme un réformateur", même si, selon lui, "les retraites risquent d'être la dernière grande réforme du quinquennat".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu