Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Take Eat Easy annonce sa fermeture

mardi 26 juillet 2016 à 12:53 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris

La célèbre start-up qui fait livrer des repas de restaurants à domicile annonce sa fermeture. Trois ans après sa création, et malgré un développement fulgurant, la société est placée en redressement judiciaire.

En tori sans, Take Eat Easy s'est implanté dans 20 villes européennes
En tori sans, Take Eat Easy s'est implanté dans 20 villes européennes © Maxppp - Christophe Lefebvre.

Paris, France

Vous ne verrez plus ses coursiers traverser les rues de Paris à toute vitesse à vélo, leurs gros sacs isothermes verts sur le dos. Ce mardi 26 juillet, la start-up belge Take Eat Easy annonce sa fermeture. La société est placée en redressement judiciaire, comme l'annonce sa co-fondatrice Chloé Roose :

"Nous sommes aujourd’hui en redressement judiciaire. Les raisons sont que 1) nos revenus ne couvrent pas encore nos coûts, et 2) nous ne sommes pas parvenus à clôturer une troisième levée de fonds."

La société a pourtant connu une très forte croissance l'an dernier, et fait passer ses effectifs de 10 à 160 salariés en une année, d'après Chloé Roose. La semaine dernière, Take Eat Easy a passé le cap de sa millionième livraison. Le portfolio de restaurants partenaires était passé de 450 à 3 200, le nombre de ses clients de 30 000 à 350 000, explique la co-fondatrice.

La start-up peut-être rachetée

Mais malgré tout, la société, qui faisait travailler des coursiers sous le statut d'auto-entrepreneurs, n'est pas assez rentable, explique son directeur général. L'entreprise attirerait néanmoins les convoitises. D'après le quotidien belge Le Soir, elle pourrait être rachetée par son concurrent français Foodora, ou par l'allemand GeoPost.