Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tarbes : nouveau gros contrat pour l'usine Alstom

-
Par , France Bleu Béarn

Alstom a annoncé ce vendredi avoir conclu un contrat de 160 millions d'euros. Il devra fournir treize trains pour la ligne CDG Express. Une très bonne nouvelle pour le constructeur ferroviaire et tous ses sites de fabrication implantés en France, dont celui de Tarbes-Séméac.

Les ouvriers de l'usine Alstom de Tarbes-Séméac se pencheront sur la fabrication des chaînes de traction.
Les ouvriers de l'usine Alstom de Tarbes-Séméac se pencheront sur la fabrication des chaînes de traction. © Maxppp - DENISE ROSSANO

Tarbes, France

Les ouvriers de l'usine Alstom de Séméac, à côté de Tarbes, ne vont pas manquer de travail. Keolis (groupe SNCF) et RATP Dev ont passé commande au constructeur ferroviaire à hauteur de 160 millions d'euros. Il devra fournir les treize trains qui circuleront sur la future ligne Charles-de-Gaulle Express entre Paris et l'aéroport Roissy-CDG. La ligne, qui reliera la Gare de l'Est, dans le centre de Paris, et le terminal 2 de l'aéroport de Roissy, doit être mis en route d'ici 2025. 

Une autre commande tombée la veille

L'usine de Tarbes fabriquera les chaînes de traction des trains, sa spécialité. Les autres pièces proviennent d'autres usines comme celles du Creusot (Saône-et-Loire) ou de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). 

Cette annonce fait suite à une autre commande, tombée la veille. La SNCF a acheté douze rames de TGV destinées aux lignes Atlantique, pour un montant de 335 millions d'euros. 

Béatrice CHOT-PLASSOT

Choix de la station

France Bleu