Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tarn : le département va tenter de faire rebondir Cap Découverte en 2019

vendredi 1 février 2019 à 4:43 Par Sandrine Morin, France Bleu Occitanie

Depuis quelques semaines, le site de Cap Découverte n’a plus d’exploitant. La délégation de service n’a pas été reconduite. Et visiblement elle ne sera pas tant que le département n’aura pas pris des décisions radicales pour l’avenir du Parc de Loisir tarnais né de la reconversion du site minier.

Cap Découverte a ouvert en 20O3 entre Carmaux et Albi.
Cap Découverte a ouvert en 20O3 entre Carmaux et Albi. © Maxppp -

Tarn, France

Pour le moment les élus du département ne veulent pas en dire trop. Le sujet est sensible mais il est bien au-dessus de la pile sur le bureau du président Christophe Ramond. Depuis quelques semaines, le site Cap Découverte, dans le bassin de Carmaux, n’a plus de délégataire pour son exploitation. La délégation de Vert-Marine vient de se terminer en novembre. D’ailleurs, sur le web, le site Cap Découverte n’existe plus. 

  - Aucun(e)
-

Un million d’euros par an 

Le département va donc devoir trouver un avenir pour le grand parc de loisir né de la reconversion de l'ancien site minier en 2003. Et le dossier n’est pas simple. D’abord parce que Cap Découverte coûte cher. Il faut d’abord rembourser l’emprunt. Cela représente environ 4 millions d’euros jusqu’en 2032. 

Chaque année, le SMAD (le syndicat mixte qui regroupe la Région, le département et la communauté de communes Carmausin Ségala) versait 1 million d’euros au délégataire. C’est évidemment beaucoup en comparaison avec les 70.000 entrées payantes réunies bon an, mal an. 

Abandonner le ski et doubler le secteur baignade ?

Visiblement, la solution qui pourrait être choisie serait l’abandon d’une partie des activités de loisirs du parc, et notamment le ski qui ne se serait pas rentable. En revanche, le département voudrait miser plus sur l’activité baignade notamment parce que l’eau est d’extrêmement bonne qualité. On parle même de "doubler l’activité baignade". 

Le télésiège (qui permet de descendre sur le site) pourrait être conservé au départ. Mais son coût d’exploitation est lui aussi très important. Beaucoup pensent à le remplacer par des navettes. Le but du département, c’est clairement de faire des économies tout en continuant de faire vivre au mieux ce site. Il faudra sans doute s’appuyer pour cela, sur ce qui fonctionne et notamment la maison de la musique. Le plan prévoit aussi de relancer et moderniser l’auberge de Cap Découverte. 

Les habitants des villages environ continuent eux à se poser des questions. Le site baignade est plébiscité semble-t-il par les familles, mais le parc de loisir peine à attirer ceux qui ont travaillé dans l’industrie minier. 

"Il faut continuer mais il faut avoir de l’imagination"

Les décisions départementales seront en tout cas regardées de très près par le « père » du site. L’ancien député de Carmaux, ancien ministre Paul Quilès. C’est lui qui a porté à bout de bras ce projet. Et aujourd’hui il y croit encore  et tente d’expliquer les débuts difficiles : 

Paul Quilès toujours très fier de ce projet.  - Radio France
Paul Quilès toujours très fier de ce projet. © Radio France - SM

"Quand on a démarré, il n’y a _pas eu assez d’enthousiasme de la part des élus des locaux_. Ils commencent à s’y intéresser maintenant et j’en suis très content, mais ils ont mis du temps. Ils avaient alors un raisonnement : ici c’est le charbon, c’est l’industrie et pas le tourisme.

Quand on démarre un grand projet, on essuie les plâtres. Il y a de grosses blagues qui ont été racontées sur le coût énorme. _Il faut arrêter de faire de la démagogie. Il faut voir combien ont coûté tous les grands sites : Vulcania, le Pic du Midi_. Tous les grands projets coûtent chers mais ils permettent et correspondent à l’amélioration d’un territoire. Et on le voit aujourd’hui : il suffisait d’attendre. C’est compliqué d’attendre parfois. 

Il faut continuer mais il faut avoir de l’imagination pour améliorer ce site qui a un énorme potentiel. J’avais prévu tout un tas de projets pour ce site : projets immobiliers, village de marques, bungalows. Mais il faut de l’esprit d’entreprise, que les collectivités, les élus, les industriels, les commerçants aient envie que ça marche et que Cap Découverte se développe." 

L’interview en intégralité de Paul Quilès, maire de Cordes-sur-Ciel et créateur de Cap Découverte

Pour en savoir un peu plus sur Cap découverte, un film vient d’être tourné. Il sera diffusé le 8 février au festival des séries de Luchon dans la catégorie Tournage en Occitanie. Il sera suivi d’une conférence avec Paul Quilès.