Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des pommes moins nombreuses mais de meilleure qualité cette année dans le Tarn-et-Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie

Les pomiculteurs du Tarn-et-Garonne, premier département producteur de pommes de France, ont moins récolté que l'année précédente, mais ils espèrent marquer cette année par des produits de meilleure qualité.

Des vergers de pommiers à Albias (Tarn-et-Garonne)
Des vergers de pommiers à Albias (Tarn-et-Garonne) © Radio France

Dans le Tarn-et-Garonne, la pomme c'est une histoire sérieuse, avec 5.300 hectares dédiés à la production de ce fruit qui prend de plus en plus de place sur les étals du marché à l'entrée de l'automne. 

La récolte n'est pas encore finie qu'un premier bilan se dessine : la production est plus faible que l'année dernière mais le calibre des fruits est meilleur.

Trop de pluie cette année

"Cette année est vraiment différente, confirme Alain Iches, président FDSEA du Tarn-et-Garonne. On compte 30% de moins de quantité de pommes. Mais on a une très bonne qualité avec des beaux calibres. Et ça c'est important. Le consommateur aime avoir un fruit gros et joli."

Deux raisons ont conduit à une baisse de la production de pommes dans le Tarn-et-Garonne : la météo et la très bonne saison 2019. "On a eu une très forte production l'an dernier, raconte le représentant de la FDSEA. On sait que quand ça arrive une année, l'année suivante les arbres produisent moins."

"Et puis on a eu un printemps avec beaucoup d'eau", ajoute Alain Iches. "De toute façon on n'aurait pas eu la main d'œuvre pour récolter plus."

La Covid-19 n'a pas gêné les récoltes

Car avec la crise sanitaire, il a été difficile de se fournir en main d'œuvre. Mais dans ses 30 hectares de vergers à Bressols, Anne Marty ne se plaint pas, alors que la récolte a commencé depuis le 10 août : "On a eu peur. Parce qu'en janvier pendant la taille, des Polonais ont été forcés de rentrer chez eux pour se confiner."

La cogérante des Vergers de Trixe a mis en place des mesures sanitaires, comme l'installation d'un espace pour que les travailleurs saisonniers se lavent les mains à l'entrée et à la sortie de l'établissement. "On s'est fait tester tous ensemble à leur arrivée. Cette année, on a pris moins de salariés pour qu'ils aient plus de place dans les logements."

Anne Marty croise les doigts maintenant pour ne pas avoir à subir un reconfinement et terminer la récolte normalement. Une récolte qui dure jusqu'à fin octobre dans le Tarn-et-Garonne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess