Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Télétravail : "Un problème psychologique est en train de monter très fort" alerte l'ANDRH

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Alors que gouvernement exhorte les entreprises à télétravailler partout où c'est possible, les directeurs de ressources humaines alertent sur "une crise psychologique" chez les salariés. Le vice-président de l'ANDRH redoute un reconfinement avec "un corps social épuisé".

Le gouvernement exhorte les entreprises à télétravailler davantage.
Le gouvernement exhorte les entreprises à télétravailler davantage. © Radio France - Claire Leys

"On s‘est fait un peu taper sur les doigts", concède Benoît Serre sur France Bleu Paris, vice président de l'ANDRH (association nationale des directeurs-trices de ressources humaines). Depuis janvier, le gouvernement met un coup de pression sur les entreprises qui ne jouent pas le jeu du 100% télétravail. Le Premier ministre d'un côté, la ministre du travail, Elisabeth Borne de l'autre, qui appelle à la remobilisation sur France Bleu Paris, après avoir déjà rappelé à l'ordre en octobre dernier.

Selon les sondages, le nombre de télétravailleurs a baissé de 15% entre octobre et janvier. Elisabeth Borne estime que "2.5 millions de télétravailleurs qui pourraient télétravailler ne le font pas". Une érosion que constate aussi Benoît Serre. 

Deux explications selon lui. D'abord, une raison économique, "le télétravail ne nuit pas à la productivité individuelle, en revanche il nuit à la productivité collective". L'autre raison est psychologique. "Un problème psychologique est en train de monter très fort", s'inquiète l'ANDRH.

Dans ce contexte, comment trouver le bon équilibre pour les entreprises et les salariés? "C'est très difficile", mais Benoît Serre plaide pour des "solutions de terrain". "La réalité du terrain ne correspond pas à un protocole monolithique qui vous tombe du ciel. Vous ne pouvez pas comparer une tour à la Défense et une PME installée dans une petite ville".

35 sanctions établies en France

Pour le vice-président de l'ANDRH, le système est "à peu près contrôlé", en regard du nombre de clusters dans les entreprises. "26 % des clusters en septembre, contre 29% aujourd'hui", indique Benoît Serre. Les contrôles-sanctions restent encore marginaux. "35 sanctions en France" dressées à ce jour selon Benoît Serre.

Face à cette situation, les DRH sont en première ligne pour gérer "la crise économique, sanitaire, sociale et psychologique". "70% des DRH se disent épuisés" selon une étude menée par l'ANDRH qui redoute désormais un troisième confinement. 

"Si un reconfinement arrive ce sera sur un corps social épuisé et des entreprises vidées. Ça se passera sans doute moins bien qu'en mars dernier", prévient Benoît Serre.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess