Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Télétravail : les entreprises franciliennes feront un effort, tout en protégeant les salariés

-
Par , France Bleu Paris

Le télétravail doit devenir un "impératif", selon les mots du Premier ministre Jean Castex. Les entreprises franciliennes montrent de la bonne volonté pour un nouveau tour de vis, même si augmenter le recours au télétravail pèse sur le moral des salariés.

La Grande Arche et le CNIT dans le quartier de la Défense à Puteaux en avril 2019. (image d'illustration)
La Grande Arche et le CNIT dans le quartier de la Défense à Puteaux en avril 2019. (image d'illustration) © Radio France - Stéphanie Berlu

Un télétravail qui doit redevenir "impératif", les entreprises ne doivent pas céder à "l'érosion" de cette pratique : le gouvernement a remis l'accent jeudi 4 février dernier sur l'importance du travail à distance pour lutter contre la propagation du Covid-19. 

A la Défense, certaines entreprises ont déjà reçu le message, et se préparent à un nouveau tour de vis. C'est le cas de celle où travaille Hannane. Cette consultante était autorisée à venir au bureau, mais elle a reçu de nouvelles instructions : elle devra travailler de chez elle jusqu'à nouvel ordre. "Si notre travail n'exige pas absolument que nous soyons présent au bureau, nous n'auront plus le droit de venir, explique-t-elle. Ça m'inquiète, parce que je n'ai pas envie de me retrouver enfermée dans mon petit appartement..."

En théorie, Christine, qui travaille dans l'administration d'une grande entreprise du quartier d'affaires, estime qu'en théorie il est tout à fait possible d'être à 100% en télétravail. Exceptionnellement, elle a le droit d'être en présentiel un jour par semaine, et ne voit pas comment son entreprise pourrait faire mieux : "On a vraiment des systèmes de gestion des exceptions qui sont soumises à approbation de nos managers, des instructions pour éviter les déplacements... On est déjà au taquet !" 

Une région bonne élève du télétravail

En Île-de-France, depuis le début de la crise sanitaire, 30 % des entreprises télétravaillent en moyenne, contre 20% dans le reste de la France, selon Daniel Weizmann, président du Medef Île-de-France. Mais le message du gouvernement passe mal, car, selon lui, beaucoup d'efforts ont déjà été faits. "Les entreprises ont mis en place des protocoles sanitaires au sein de leurs organisations. Celles qui ont pu faire télétravailler l'ont fait, énumère Daniel Weizmann. Cette annonce du gouvernement tombe à un mauvais moment, au sens où les entrepreneurs font face à une véritable détresse des salariés." 

Le Medef Île-de-France continue tout de même à relayer le message du gouvernement et appelle les entreprises à continuer d'optimiser leur organisation de travail. "On favorise le sanitaire, on favorise l'économique, mais au bout de neuf mois, on se rend compte que les salariés qui sont déjà en télétravail cinq jours par semaine sont arrivés à un niveau d'épuisement psychologique assez important.", nuance Daniel Weizmann. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess