Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TÉMOIGNAGE - "Sans le RSA, je n'arriverais même pas à payer mon logement"

-
Par , France Bleu Hérault

À cause du coronavirus, le nombre de bénéficiaires héraultais du RSA a augmenté de 9,52%, entre les mois de janvier et de juin 2020. Ils sont désormais 44.461 à toucher le Revenu de solidarité active. L'aide, qui peut atteindre les 450 euros, ne permet, pour certains, que de survivre.

Alison est bénéficiaire du Secours Catholique (Image d'illustration)
Alison est bénéficiaire du Secours Catholique (Image d'illustration) © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

La Covid-19 augmente la précarité. 44.461 Héraultais touchent désormais le RSA (Revenu de solidarité active), soit une hausse de plus de 4.000 allocataires (9,52%), entre les mois de janvier et juin 2020, selon le Conseil départemental.

Alison* touche cette aide depuis deux ans. La trentenaire, maman de deux enfants, ne s'en sort pas. "Je suis aidée par le Secours Catholique, et heureusement, parce que sinon je ne pourrais pas manger", avoue l'Héraultaise, qui vit dans la Métropole de Montpellier. La jeune maman est femme de ménage. Ses rentrées d'argent sont insuffisantes. "J'ai vendu ma voiture en début d'année parce que je n'y arrivais pas, raconte-t-elle. Ça me permet de ne pas payer l'assurance. Mes parents m'en prêtent une pour mes déplacements."

La jeune femme limite les activités avec ses enfants. "J'ai supprimé toutes les sorties payantes, comme le cinéma et les repas dans les fast-food, relate Alison. Je leur ai expliqué qu'on ne pouvait plus y aller à cause du coronavirus..."

"Au départ, le RSA n'était qu'un complément. Aujourd'hui, c'est quasiment la totalité de mon salaire" - Alison, bénéficiaire du RSA.

Avec le coronavirus, sa situation s'est aggravée. "Je m'en tirais avec 1.000 euros par mois mais j'ai perdu trois contrats à la sortie du confinement, déplore-t-elle. Tout est tombé comme un jeu de cartes. Certains ne peuvent plus s'offrir une femme de ménage. D'autres prennent des précautions avec la Covid-19.

Elle n'a gardé qu'un seul contrat de dix heures par mois. Avec le RSA, elle atteint les 700 euros par mois. "Clairement, sans cette aide, je ne pourrais pas payer mon logement." Alison espère trouver rapidement du travail pour sortir du dispositif.

*Le prénom a été modifié

Choix de la station

À venir dansDanssecondess