Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Tensions à la Mission locale de Saint-Étienne : quatre audits demandés et trois enquêtes en cours

mardi 13 mars 2018 à 19:36 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le maire de Saint-Étienne demande quatre audits sur la Mission locale de Saint-Étienne, notamment une sur les risques psycho-sociaux après un grave incident qui a mené les salariés à faire usage de leur droit de retrait.

La Mission locale de Saint-Étienne et sa couronne est située au 2e étage de la Maison de l'emploi, au Clapier.
La Mission locale de Saint-Étienne et sa couronne est située au 2e étage de la Maison de l'emploi, au Clapier. © Radio France - ER

Saint-Étienne, France

Quatre audits devraient être menés pour tirer au clair la situation de la Mission locale de Saint-Étienne : une sur l'évolution des finances de 2008 à aujourd'hui, un autre sur la masse salariale sur la même période, un troisième sur les résultats du site qui accueille des jeunes de toute l'agglomération stéphanoise, et enfin un quatrième sur les risques psycho-sociaux. Ainsi les 44 salariés seront entendus séparément par un cabinet d'audit sur leurs conditions de travail et les relations avec leur hiérarchie.

Le maire de Saint-Étienne a demandé ses audits au préfet de la Loire, après avoir reçu les représentants du personnel et le directeur de la Mission locale, théâtre d'un grave incident le 23 février : un salarié qui perd ses nerfs lors d'une entretien disciplinaire au point de devoir être hospitalisé et d'être toujours aujourd'hui en arrêt de travail. 

Les délégués syndicaux se rappellent une autre alerte : quinze jours plus tôt, une autre salariée était sortie en pleurs d'une réunion. Les délégués CGT et CFDT estiment que la pression est devenue trop forte, que les salariés ne se reconnaissent plus dans leur travail, depuis une nouvelle organisation et l'arrivée d'un nouveau directeur au printemps 2015.

De son côté, l'équipe de Gaël Perdriau explique qu'après son élection, elle a dû agir pour redresser la Mission locale qui affichait un déficit de 140.000 euros, 130.000 l'année précédente. Le maire et l'adjointe en charge de la Mission locale, Delphine Jusselme, font état aussi d'une "inflation salariale" (54 salariés en 2014 contre 14 en 2003) d'une "masse" qu'il a fallu ajuster aux besoins.

Trois enquêtes et deux plaintes

Le jour du clash, les salariés présents à la Mission locale ont exercé leur droit de retrait. Le travail n'a complètement repris que le mercredi 7 mars. 

Trois enquêtes différentes ont commencé : une de l'inspection du Travail,  une autre en interne au sein de la Mission locale et enfin une policière après le dépôt de deux plaintes, de la part du directeur du site stéphanois pour agression, et de la part du salarié à bout de nerfs pour harcèlement moral.

La Mission locale de Saint-Étienne et sa couronne accueille environ 6.000 jeunes par an pour les guider dans leur orientation professionnelle. C'est aussi là que les 16-25 ans doivent passer pour la Garantie jeunes.