Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Territoires zéro chômeur à Thiers : bientôt une deuxième entreprise pour embaucher des chômeurs longue durée

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Deux ans après la création d'Actypoles et l'embauche de 75 chômeurs de longue durée à Thiers, une nouvelle entreprise à but d'emploi va voir le jour dans le cadre de l'expérimentation "Territoires zéro chômeur".

Actypoles, l'entreprise à but d'emploi de Thiers.
Actypoles, l'entreprise à but d'emploi de Thiers. © Radio France - Juliette Micheneau

Thiers, France

Voilà deux ans qu'a été lancée à Thiers et dans neuf autres villes françaises, l’expérimentation "Territoires zéro chômeur". Rappel du principe : créer des entreprises dont le but premier est d'embaucher les chômeurs longue durée du secteur. A eux ensuite de monter leur activité en fonction des besoins du territoire et de leurs envies ou compétences. Des personnes qui signent un CDI, payé au Smic et à temps choisi.

Un bilan à mi-parcours encourageant

Ils étaient 30 au départ d'Actypoles, l'entreprise à but d'emploi lancée en mai 2017 à Thiers. Elle a depuis créé 75 emplois. Garage solidaire, service de couches lavables, entretien d'espaces verts... Les activités sont diverses. Nadia Daval étaient dans les premiers embauchés. Elle a lancé la "mobilité solidaire", un service de transport à tarifs sociaux pour conduire des personnes à faible revenu faire leurs courses ou aller au travail "dès 5 heures du matin ou jusqu'à 22 heures le soir, ça arrive", raconte Nadia. "On va jusqu'à Chabreloche, Puy-Guillaume, Courpière... Beaucoup d'intérimaires m'ont dit, si on ne vous avait pas, on ne sait pas comment on ferait".

Nadia Daval travaille à Actypoles-Thiers depuis sa création en 2017. - Radio France
Nadia Daval travaille à Actypoles-Thiers depuis sa création en 2017. © Radio France - Juliette Micheneau

De son point de vue, l'expérience est évidemment positive : "On a galéré, même si on gagne le Smic, c'est un peu plus que ce qu'on avait avant avec le RSA ou Pôle Emploi. Aujourd'hui je veux que ça marche et que ça continue même après moi."

Nadia Daval a lancé la mobilité solidaire

Pour Daniel Le Guillou, vice-président d'Actypoles et membre d'ATD Quart Monde, à l'origine de cette expérimentation, il y a trois grands enseignements à ce stade : "Contrairement à ce qu'on peut entendre parfois, les chômeurs de longue durée ont envie de travailler,[...] le deuxième enseignement c'est qu'il y a de l'activité à faire, il y a des travaux utiles dans les territoires [...], _le troisième c'est qu'_à chaque fois qu'on embauche quelqu'un, on fait gagner de l'argent à la société." En effet plus de RSA ou d'allocation chômage à verser et à l'inverse des cotisations qui rentrent dans les caisses de la Sécurité sociale, environ 500 euros par mois par embauche. Daniel Le Guillou qui était l'invité de France Bleu Pays d'Auvergne ce vendredi.

Une deuxième entreprise créée cette année

L'expérimentation, prévue sur cinq ans, n'en est qu'à mi-parcours mais à Thiers on prévoit d'embaucher encore. "Sur le territoire, on a recensé _entre 80 et 100 personnes volontaires_, chômeurs de longue durée, à qui l'expérimentation doit proposer un contrat", explique Boris Surjon, vice-président du comité local pour l'emploi qui pilote l'expérimentation. 

Boris Surjon pilote l'expérimentation

Une deuxième entreprise à but d'emploi sera donc créé cette année, portée par l'association Inserfac, déjà présente sur Thiers et Clermont-Ferrand via des chantiers d'insertion. La nouvelle structure devrait ouvrir en septembre ou octobre 2019 avec en perspective 10 à 20 embauches. Parmi ses activités l'entreprise pourra proposer du nettoyage écologique de voiture, du recyclage du livre, ou encore de la valorisation des biodéchets.