Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Thermes de Luchon : la chambre régionale des comptes prescrit une cure d'amaigrissement au salaire du directeur

mardi 12 juin 2018 à 6:04 Par Stéphanie Mora et Guillaume Farriol, France Bleu Occitanie

Dépenses excessives, manque de stratégie, chiffre d'affaire en baisse... La chambre régionale des comptes étrille la gestion des thermes de Bagnères-de-Luchon. Le salaire du directeur pose aussi question. La mairie promet de redresser la barre dès cet été.

La municipalité tente de réorienter l'activité vers le thermoludisme pour faire revenir la clientèle.
La municipalité tente de réorienter l'activité vers le thermoludisme pour faire revenir la clientèle. © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

Les thermes se vident

Nous l'avions déjà pointé dans l'Actu éco sur France Bleu Occitanie, les thermes de Luchon ne sont pas en forme. Le chiffre d'affaire a baissé de 3% entre 2012 et 2016. Soit 1 400 curistes en moins sur la même période. La chambre régionale des comptes pointe un manque de compétitivité et d'offre par rapport aux sites concurrents comme Ax-les-Thermes ou Saint-Lary. Mais surtout, le rapport consacre plusieurs pages au directeur des thermes, Pierre Capéran, en poste depuis janvier 2015. Selon les sages, il profite d'une rémunération très (trop) élevée, réglée avec l'argent public puisque les thermes sont gérés via une régie municipale.

Une prime de résultat même s'il n'y en a pas...

Le directeur touche 6027 euros brut mensuels dont 1250 euros pour une prime de résultats et c'est là que ça coince : malgré une baisse du chiffre d'affaire, la prime du directeur reste inchangée, ce qui serait illégal. Cette prime devrait être réévaluée tous les ans. Autre manquement relevé : la redevance payée par Pierre Capéran pour son logement de fonction. 88 euros par mois pour un bien dont la valeur locative est estimée à 732 euros. 

Ces informations sont confirmées par le maire de Luchon Louis Ferré. Il s'explique : si le directeur bénéficie d'autant de "largesses" c'est parce que c'est compliqué de trouver quelqu'un pour diriger les thermes. Il faut donc un poste très attractif quitte à franchir les limites de la légalité. L'élu fait son mea culpa :  un nouveau directeur sera nommé le mois prochain

"Destination Luchon"

Le maire de la commune a lancé un projet pour moderniser le site, il s'appelle "destination Luchon". L'objectif est d'attirer des investisseurs privés.

"Aujourd'hui le modèle n'est plus satisfaisant. Il faut une offre plus large, plus riche et qualitative sur le plan médical. Il faut définir un chemin de soin, moderniser et proposer des produits complémentaires aux cures". Louis Ferré, maire de Luchon.

Mais pour l'instant les investisseurs sont un peu frileux, le projet de rénovation est donc suspendu jusqu'à nouvel ordre.