Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Too good to go, l'application anti-gaspillage qui cartonne dans la région

-
Par , France Bleu Nord

L'application mobile danoise Too good to go a été lancée dans le Nord-Pas-de-Calais il y a trois ans. Elle permet d'acheter à petit prix les invendus des commerçants. 150 000 habitants se sont déjà inscrits.

Raphaël, un informaticien qui travaille à Villeneuve d'Ascq, utilise l'application Too good to go "une à deux fois par semaine".
Raphaël, un informaticien qui travaille à Villeneuve d'Ascq, utilise l'application Too good to go "une à deux fois par semaine". © Radio France - Marie-Jeanne Delepaul

"Trop bon pour être jeté" : tout est dans le nom. L'application mobile danoise Too good to go est arrivée en France, et dans le Nord-Pas-de-Calais en juin 2016. Depuis, elle a "sauvé" de la poubelle six millions et demi de repas, selon les dirigeants. Quatre millions et demi de Français ont téléchargé l'application.

Son but est de lutter contre le gaspillage, en mettant en relation des consommateurs et des commerçants afin d'écouler les invendus non périmés. Des paniers "surprise" sont proposés par les commerçants sur l'application, et achetés à l'avance par les utilisateurs, qui viennent récupérer leur commande généralement en fin de journée.

"Un tiers de la nourriture produite dans le monde  gaspillée."

"Un tiers de la nourriture produite dans le monde serait gaspillée. En France cela représente dix millions de tonnes de nourriture jetées tous les ans. C'est absolument énorme, c'est une aberration, il faut réduire ces chiffres drastiquement" explique Stéphanie Moy, chargée de la communication.

Parmi les partenaires : Auchan, Carrefour et Paul

Boulangeries, supermarchés, restaurants... Dans le Nord-Pas-de-Calais, 900 commerçants sont partenaires, et 150 000 personnes sont inscrites sur Too good to go. Depuis trois ans, 600 000 repas ont été "sauvés" grâce à cette application, selon Stéphanie Moy. Dans la région, les partenaires les plus importants sont Carrefour, Exki, Cora, Auchan ou encore Planet sushi.

Le centre commercial V2 à Villeneuve d'Ascq s'est lancé dans l'aventure en janvier 2019. Neuf enseignes y sont partenaires de Too good to go (Auchan, PeGast, So good, Paul, Starbucks, Columbus café, le Club sandwich café, Pizza Paï et Flunch). "Dans l'idéal il faudrait que tous les commerces de bouche participent. On travaille à développer le partenariat" explique Marion Bourgeat, la directrice du centre commercial.

"Complémentaire aux associations caritatives"

"L'avantage de Too good to go, qui vient en complément des associations caritatives, est que l'application permet aux commerçants de valoriser une partie de leurs invendus et de dégager du chiffre d'affaires supplémentaire, poursuit-elle. Ça ne fait pas de concurrence directe aux associations. Auchan travaille à la fois avec Too good to go et la banque alimentaire pour écouler ses invendus."

Stéphanie Moy, responsable communication de Too good to go

Selon Stéphanie Moy, Too good to go ne fait pas concurrence aux associations, qui récupèrent elles aussi les invendus des supermarchés par exemple : "On propose une solution complémentaire. Les associations privilégient les gros volumes, elles n'ont pas les moyens logistiques de se déplacer dans chaque boulangerie ou chaque primeur pour récupérer quelques produits en fin de journée. De même, certains produits très frais comme la viande ou le poisson sont interdits au don." Pour des raisons sanitaires, les associations n'ont pas le droit de récupérer non plus les crustacés et les pâtisseries à la crème par exemple.

ECOUTEZ - Le reportage France Bleu Nord