Économie – Social

Total annonce 179 suppressions de postes et une reconversion de sa raffinerie à la Mède

Par Thibault Maisonneuve et Christophe Lurie, France Bleu Provence jeudi 16 avril 2015 à 11:33 Mis à jour le jeudi 16 avril 2015 à 15:00

Total annonce 179 suppressions de postes et une reconversion de sa raffinerie à la Mède
Total annonce 179 suppressions de postes et une reconversion de sa raffinerie à la Mède © Radio France - Christophe Lurie

La direction de Total a annoncé la suppression de 179 postes sur les 430 que comptent sa raffinerie de la Mède. Une raffinerie qui sera reconvertie notamment dans la production de biocarburants. Le site comptait jeudi 85 % de grévistes selon la CGT qui annonce une grève.

Total a détaillé jeudi devant les syndicats lors d'un Comité centrale d'entreprise (CCE) au siège du groupe à la Défense (Hauts-de-Seine) un plan de restructuration de l'activité du raffinage en France. Une activité qui connaît des difficultés.

179 postes supprimés

Le groupe pétrolier va supprimer 179 postes sur 430 dans sa raffinerie de la Mède . Des départs en retraite ne seront pas compensés. Un plan de mobilité sera proposé. Et des postes seront reconvertis, notamment dans la production de biocarburants

85 % du personnel était en grève jeudi matin selon la CGT qui a jugé ces suppressions inacceptables et entamé une grève, bloquant la sortie de la production. "179 suppressions de poste, c'est inacceptables (...) dans l'industrie, on ne fait pas grand chose et certainement pas un projet industriel pérenne" avec cette somme, a déclaré Rachid Medhi, l'un des représentants de la CGT, majoritaire sur le site.

Une reconversion de la raffinerie

La direction a l'intention d'investir dans cette unité de production 200 millions d'euros. Une somme qui devrait permettre d'autres activités comme une plateforme logistique, une centrale solaire, une unité de production d'un additif réduisant les émissions d'oxydes d'azote des moteurs diesel ainsi qu'un centre de formation.

Le site de la Mède perd plus de 100 millions d'euros par an. Il est, avec le site de Donges, déficitaire depuis des années.