Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Total envisage un plan de départs volontaires qui entraînerait 700 suppressions de postes

-
Par , France Bleu

Total a ouvert ce lundi des négociations avec les syndicats. Au coeur des discussions : un plan de départs volontaires dans la branche pétrochimie, selon franceinfo. Cela pourrait concerner 700 salariés du pétrolier français d'après la CGT.

Le siège de Total à La Défense à Paris.
Le siège de Total à La Défense à Paris. © Maxppp - Christophe Morin

La direction de Total a confirmé ce lundi soir à l'AFP l'ouverture d'un plan de départs volontaires, les négociations ayant débuté avec les syndicats. Ce plan pourrait entraîner des centaines de suppressions de postes au sen de la branche pétrochimie, a appris franceinfo. Il a été élaboré dans le cadre du projet One Tech de Total, axé sur le développement des énergies renouvelables.

"C'est au bas mot 700 postes qui ne seront pas remplacés sur 1.400 à 1.500 potentiellement salariés concernés par un départ", a précisé Thierry Defresnes, délégué syndical central CGT Total raffinage pétrochimie. Un chiffre que ne confirme pas pour le moment la direction du pétrolier français.

Des départs à l'été 2021

Dans un courrier adressé à sept centrales syndicales, la direction indique que ce plan concernera des personnes en fin de carrière et se fera sur la base du volontariat. Un départ en retraite anticipée est proposé "aux volontaires proches de la retraite des quelque 15.000 salariés sous contrats français du groupe, qui emploie au total environ 100.000 personnes dans le monde" et destiné "à ceux qui sont proches de la retraite et qui veulent bien partir. Il est impossible de donner pour l'instant un chiffre, car les négociations serviront à définir ce que veut dire précisément +proche de la retraite+", a précisé à l'AFP un représentant du groupe.

D'après franceinfo, les départs de ces salariés, travaillant sur des sites de production ou de "recherche et développement", seront compensés par des embauches de jeunes salariés. En revanche, les salariés des sièges qui décideront de partir ne seront eux pas remplacés.

Un départ en retraite anticipée est proposé "aux volontaires proches de la retraite des quelque 15.000 salariés sous contrats français du groupe, qui emploie au total environ 100.000 personnes dans le monde" et destiné "à ceux qui sont proches de la retraite et qui veulent bien partir. Il est impossible de donner pour l'instant un chiffre, car les négociations serviront à définir ce que veut dire précisément +proche de la retraite+", a précisé à l'AFP un représentant du groupe.

Dans son courrier, la direction des ressources précise l'ouverture "d'une négociation au périmètre du Socle Social Commun à l'exception des sites de Donges et de Grandpuits qui font déjà l'objet de projets spécifiques". Total se donne jusqu'à la fin 2020 pour les négociations, et l'été 2021 pour les départs effectifs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess